Economie

Classement des 100 africains les plus influents : voici le portrait des 7 personnalités qui sauvent l’honneur du Cameroun

Dans ce classement que vient de publier Jeune Afrique dans sa dernière livraison, 237online.com, présente succinctement, avec le rang qu’ils occupent, les 7 camerounais qui sont à l’honneur.

21ème VERA SONGWE

Économiste réputée, secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) des Nations unies, Vera Songwe fait partie des experts qui plaident pour un moratoire sur la dette africaine. Camerounaise anglophone ayant grandi à Bamenda, Vera Songwe, 52 ans, a effectué la majeure partie de sa carrière à la Banque mondiale (1998-2016), avant de rejoindre la CEA, en avril 2017. En parallèle, elle est membre de l’équipe de réforme institutionnelle de l’Union africaine mise en place par Paul Kagame, ainsi que du conseil d’administration de l’African Leadership Network, une organisation de premier plan réunissant chefs d’entreprise, investisseurs, leaders et artistes.

49ème BABA AHMADOU DANPULLO

 De l’agriculture aux télécommunications en passant par l’élevage, l’immobilier ou encore la finance, la plus grosse fortune d’Afrique francophone (920 millions de dollars en 2019, selon Forbes) est aujourd’hui à la tête d’un empire qui ne cesse d’étendre ses tentacules. Son nouveau terrain d’action : la finance mobile. En juin, les médias locaux ont annoncé la création de la société Best Pay. Cette start-up dotée d’un capital de 500 millions de F CFA (762000 euros) entend fournir des services de paiement électronique. 

55ième PAUL KAMMOGNE FOKAM 

À plus de 70 ans, ce docteur en sciences de gestion devenu banquier est président d’Afriland First Group, holding bancaire basé en Suisse et implanté en Afrique, en France et en Chine. En 2006 il crée le PK Fokam Institute of Excellence pour former des financiers africains. Sa fille, Rolande Kammogne, a fondé la chaîne panafricaine Vox Africa. Paul Fokam est surtout l’inventeur du modèle MC2 (microfinance communautaire de croissance), un réseau d’établissements de microfinance gérés de façon communautaire qu’il lance dans les années 1990. Il y voit un moyen de lutter contre la pauvreté, mais les MC2 ont aussi profité à sa banque. 

60ième ACHA LEKE

 Président Afrique de McKinsey et membre depuis mai du Share holders Council, Acha Leke, 47 ans, est un consultant qui compte sur le continent. Entré chez McKinsey il y a plus de vingt ans, diplômé de la Georgia Tech et de l’Université Stanford, aux États-Unis, et résidant en Afrique du Sud, Acha Leke a développé un vaste réseau parmi les gouvernants et les hommes d’affaires, en Afrique et dans le monde, Aliko Dangote en tête. Il conseille aussi les gouvernements, comme celui du Sénégal, pour lequel McKinsey a aidé à établir le plan d’émergence en cours. 

87ième REBECCA ENONCHONG

 C’est en tant qu’entrepreneure que Rebecca Enonchong, 53 ans, s’est fait un nom dans l’écosystème mondial des nouvelles technologies. Mais l’aura de la fondatrice d’Apps Tech (fournisseur de logiciels de gestion) a depuis dépassé les frontières de la tech. Au Cameroun, cette originaire du Nord-Ouest anglophone est aussi l’une des voix du combat contre les injustices sociales. En 2017, elle a porté à bout de bras la mobilisation Bring Back Our Internet, après que le gouvernement eut coupé l’accès à internet dans les régions anglophones en proie à une importante crise sociopolitique. 

93ième ACHILLE MBEMBE 

Professeur d’histoire et de sciences politiques à l’Université du Witwatersrand, à Johannesburg, régulièrement invité à enseigner à Duke et à Harvard, aux États-Unis, ce spécialiste de la lutte pour l’indépendance camerounaise est un observateur aguerri de l’évolution de notre monde. Depuis la parution de son ouvrage De la post colonie, en 2000, l’auteur de Sortir de la grande nuit (2010) et de Critique de la raison nègre (2013) décrypte les mutations africaines et les confronte aux évolutions des sociétés postcoloniales européennes, les unes étant liées aux autres et inversement. Dans Brutalisme, son dernier essai, publié en février, il dénonce les effets d’une idéologie dominante liée aux nouvelles technologies et une violence généralisée envers les populations

99ième IMANE AYISSI 

C’est après une carrière de danseur au sein du Ballet national du Cameroun qu’Imane Ayissi, 52 ans, s’investit dans la mode. D’abord styliste pour le plus grand atelier de fabrication du pays, il s’installe à Paris au début des années 1990 et entame une carrière de mannequin pour Lanvin, Dior ou encore Valentino. C’est à cette époque qu’il se recentre sur le stylisme, s’inspirant des cultures du continent pour concevoir ses collections. En janvier, il est devenu le premier styliste subsaharien à présenter ses créations à Paris lors de la Semaine de la haute couture.

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer