Société

Chefferie Bangou: MBAH SOP YEPNANG répond au «Dr» NKOUAKEP, YEPKWA De Gaule, Shanda Tonme et Datouo Théodore

Des individus publient depuis un certain temps des textes dans les réseaux sociaux avec pour objectif de nuire à la légalité restaurée à Bangou.

MBAH SOP YEPNANG MBOUGUEN TCHIIHOU EMMANUEL ce 02 mai 2019 à Bangou a décidé de repondre afin que les Bangou ne puissent tomber dans le peige de la mnipulation et du mensonge. Nous vous offrons l’integralité de sa correspondance ci-dessous:

Ma sortie ce jour concerne quelques écrits publiés dans les réseaux sociaux donc :
1- Scandale à la Chefferie Bangou
2- Celui de « Dr » NKOUAKEP, spécialiste du Droit Publique. Lequel ? Il ne le dit pas.
3- Lettre ouverte aux élites Bangou de M. YEPKWA De Gaule.

Scandale à la Chefferie Bangou
En lisant ce texte, je réalise avec plaisir qu’il y a encore des intellectuels à Bangou qui s’intéressent aux problèmes de leur village. Je salue ce travail scientifique qui fournit des éléments clairs, susceptibles d’ouvrir des contradictions et sans oublier les sources d’inspiration. On ne peut lire ce texte sans apprendre quelque chose de nouveau qui sort du champ d’affirmations gratuites dont on nous habitue ces temps-ci. J’en salue l’auteur.

En comparant ce texte à la sortie d’un certain Dr KOUAKEP, c’est le jour et la nuit. Ce monsieur a la prétention de faire au Sous-Préfet de Bangou, un prétendu cours de Droit Public ; il lui reproche son comportement vis-à-vis de son supérieur, le Préfet des Hauts Plateaux. Sauf erreur de ma part, ce monsieur ne permet pas à ses lecteurs d’avoir leurs jugements sur les faits matériels fondateurs de ses reproches. Ce monsieur termine son show sans déterminer les relations juridiques entre le Sous-Préfet de Bangou et un certain 6e Vice- Président de l’Assemblée Nationale du Cameroun. Mes vieux cours de droit ne m‘ont pas permis de savoir si ce 5e entrait dans la chaîne de commandement dont le Sous-Préfet fait partie. Je renvoie ce Dr à « ses cours » (s’il les a faits) sur la compétence ratione loci et de revenir aux notions de la police administrative. Le Sous-Préfet, responsable du maintien de l’ordre dans sa circonscription administrative n’a aucun compte à rendre à un 6e Vice-Président. Et le Préfet, si son Sous-Préfet venait à manquer à ses devoirs, a-t-il besoin de ce spécialiste particulier du Droit Public pour rappeler son subordonné à l’ordre ? Vous insinuez que ce Préfet –là ignore son boulot et vous volez à son secours ? Monsieur le Dr, si vous êtes Bangou, j’ai honte d’être Bangou comme vous car, dans vos prétentions de vous exprimer ex cathedra, vous êtes descendu en dessous de la ceinture lorsque vous avez eu le culot de vous interroger sur la citoyenneté du Sous-Préfet de Bangou. Est-ce-là les propos du spécialiste du Droit Public ? Et ce faisant, vous vous attaquez à beaucoup d’autres autorités soit par ignorance, soit par malice. Pour un peu atténuer votre inculture, je vous apprends que l’actuel Sous-Préfet de Bangou est originaire d’une tribu qui n’existe qu’au Cameroun. Dommage que vous interveniez par écrit pour soutenir l’imposture : le trafic d’influence dont s’est rendu coupable votre champion en s’adressant au Sous-Préfet comme 5e … Nous autres, nous prêchons le respect des autorités dans l’exercice de leurs fonctions et s’ils venaient à commettre des manquements, il y a des moyens civilisés pour les leur rappeler.

Lire aussi
Le frère aîné du président Idriss Déby réclame 4,8 milliards FCFA à l’Etat du Cameroun

Monsieur YEPKWA, votre cas est plus indigeste encore ! L’histoire retiendra que c’est votre plume qui détruisit le grand désir de réconciliation exprimé par le peuple Bangou le 10 décembre 2018. La sagesse ou l’intelligence auraient dû vous conseiller le silence. Vous faites un procès à NANA SINKAM d’avoir refusé le poste ministériel à lui confié par le Président de la République. Avez-vous consulté le Président de la République pour vous exprimer ou faire des commentaires en son nom ? Avez-vous une infime idée des relations qui existent entre le Président de la République et son con- citoyen NANA SINKAM ? Quel est le lien entre la nomination de NANA SINKAM en 1994 et le problème de la succession à la chefferie Bangou ? Savez vous cher monsieur que depuis 1994 NANA SINKAM continue à servir le Cameroun a la satisfaction du Président de la République ?

Vous avez plongé dans l’ignominie lorsque vous avez eu la fallacieuse prétention de comparer votre champion à NANA SINKAM. Intellectuellement vous êtes un faussaire car, si vous connaissez DATOUO, votre ignorance concernant NANA SINKAM est totale ; en effet, l’on ne peut pas les comparer. NANA SINKAM est Prince Bangou. L’on voit mal ce que vient chercher DATOUO à la Chefferie. Laissez ce garçon grandir pour être l’égal ou supérieur à NANA SINKAM pas seulement dans le fruit de votre imagination. En vous accordant une présomption de désir d’apprendre, laissez-moi tracer quelques lignes sur ce Monsieur que je côtoie depuis les années 50 :
NANA SINKAM en activité était le fonctionnaire des Nations Unies le plus gradé non élu ;
NANA SINKAM est auteur de 17 livres dont quelques -uns en Anglais, en Espagnol, en Italien et en Français dans les domaines de sa haute expertise. Savez-vous le nombre de doctorats (dans le système français comme dans le système anglais) qu’il a dans la poche ? Je vous fais observer cher Monsieur, que depuis que NANA SINKAM a pris sa retraite, il n’a pas pu se reposer car toujours sollicité par le système des Nations-Unies, par de nombreux Chefs d’Etat à travers le monde entier. Sans fausse modestie, les prestations qu’il offre sont à la hauteur de l’homme et sont payées en conséquence. Et chaque fois que ses payements se déversent dans son compte, sa préoccupation c’est Bangou. Pendant que vous le cherchez (comme DATOUO dans les deuils, dans les festivals, dans les réunions du sous-quartier), il est préoccupé par l’emploi des jeunes à Bangou, par la santé des Bangou, par la scolarisation de nos enfants ; contribuant ainsi aux objectifs que le Président de la République s’est fixés pour le développement économique et social bien compris du peuple camerounais. Qui dit mieux ? Votre champion ? Monsieur YEPKWA, les élites Bangou à qui vous vous adressez ont été à l’école. Ayez un minimum d’honnêteté intellectuelle, quand vous venez défendre votre membre, de relater ses hauts faits qui concernent le peuple Bangou : il s’est cru inverti du devoir de désigner son chef Bangou à lui, de bousculer des monarques que tout Bangou respecte, de violenter le Nouveau Monarque Bangou, bref de violer notre La’akep avec des policiers, des gendarmes et du gaz lacrymogène. Et le Sous-Préfet de Bangou n’a pas échappé à sa furie. NANA SINKAM peut-il descendre jusque dans cette profondeur ? Voyez-vous Monsieur YEPKWA, c’est votre champion qui attaque. Croyez-vous qu’il sillonne les couloirs des ministères à Yaoundé pour le bien du peuple Bangou ? Qu’il envoie des charters à Bangou pour le bien du peuple Bangou ?

Lire aussi
Crise du NOSO : les chefs traditionnels en exil appelés à regagner leur chefferie respective

Le député DATOUO, je l’ai aimé, je l’ai soutenu, le peuple Bangou aussi, mais depuis qu’il s’est trouvé des vertus en matière de coutume Bamiléké, il est perdu. Je me cache le visage devant ses actes, le peuple Bangou aussi. Comme il avait dit lui-même, je lui conseille de laisser cette affaire à ceux qui sont concernés c’est-à-dire les princes, princesses Bangou et leur peuple. Les affaires de la Chefferie Bangou doivent se traiter à Bangou par les Bangou et pas à Yaoundé.
Intellectuellement vôtre.

Source
MBAH SOP YEPNANG MBOUGUEN TCHIIHOU EMMANUEL
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page