Politique

Cameroun – Vision économique : Paul Biya croit toujours à l’émergence en 2035

Cette volonté réaffirmée dans son discours à la nation, le 31 décembre 2018, a une fois de plus été présentée au gouvernement Dion Nguté, comme l’objectif de ce septennat dit des « Grandes opportunités», lors du conseil des ministres du 16 janvier dernier.

Dans une quinzaine d’années, le Cameroun devrait donc faire partir du cercle très fermé des pays émergents. C’est du moins la volonté du président Paul Biya. Comme il l’a lui-même fort à propos défini dans son discours à la nation de fin d’année 2018, c’est « le passage de l’état de sous-développement à celui de pays développé ». Et ce sera, selon lui l’aboutissement d’une « stratégie de développement articulée en trois temps : les grandes ambitions, les grandes réalisations et les grandes opportunités. Cette dernière étape, nous l’espérons, devrait nous conduire au seuil de l’émergence ». Et à l’ouverture du septennat dit des « Grandes opportunités », Paul Biya a tracé la feuille de route qui devrait amener le Cameroun vers l’espérance. C’est cette feuille de route qui devrait guider l’action du premier gouvernement de cette nouvelle ère sous la conduite de Joseph Dion Ngute, le Premier ministre récemment nommé à la faveur du réajustement gouvernemental du 04 janvier dernier.

C’est cette feuille de route dont « l’objectif principal de l’action gouvernementale demeure l’accès à l’émergence à l’horizon 2035 » qui a été présentée par Paul Biya, lors de sa communication spéciale au cours du conseil des ministres du 16 janvier dernier au Palais de l’Unité. Et pour ce faire, Paul Biya a souligné la nécessité, « de consolider les acquis et d’être prêts à saisir les nouvelles opportunités », peut-on lire dans le communiqué du ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, au terme de ces travaux.

Ce n’est pas tout, Paul Biya dans cette course vers l’émergence, au regard des délais de plus en plus courts, compte sur le respect des délais d’exécution des projets et une plus grande célérité dans les études de faisabilité de ceux-ci. Egalement, des efforts nécessaires devront être déployés pour assurer un meilleur accueil aux investisseurs au Cameroun, et leur accorder les facilités appropriées. Entre autres pistes devant conduire vers cette émergence en 2035, le président de la République indique le parachèvement de la mise en place du Plan d’Urgence Triennal pour l’accélération de la Croissance, ainsi que l’exécution du Plan Triennal « Spécial Jeunes ». Mais également, l’accélération du processus de décentralisation ; la réalisation des grands projets ; le développement de l’économie numérique, de l’industrialisation et de l’agriculture de seconde génération ; la modernisation de l’économie, la relance de la croissance et la création d’emplois, la poursuite et la mise en œuvre du Programme Economique et Financier 2017-2019 conclu avec le FMI.

Toutes choses qui nécessitent « la maîtrise des contraintes sécuritaires à l’intérieur du pays comme aux frontières; la consolidation de la paix, de l’unité nationale et du vivre-ensemble », a précisé le président de la République. Tout comme « le renforcement de la solidarité et de la coordination gouvernementales, comme gage d’efficacité », pour ce qui est de la méthode et des principes devant guider l’action du Gouvernement au quotidien.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer