Société

Cameroun: Une bombe artisanale sème la panique au quartier Nsimeyong à Yaoundé

Dans la matinée du vendredi 31 juillet 2020, une bombe artisanale a été déposée au lieu-dit « Entrée terre rouge » dans l’arrondissement de Yaoundé III.

Vendredi, 31 juillet 2020, toutes les entrées du quartier Nsiméyong au lieudit « Terre-rouge » étaient quadrillées par les éléments des forces de maintien de l’ordre et de la gendarmerie nationale. Armes aux poings, regard dissuasif, ils font le guet non loin de leur véhicule garé à un jet de pierre. En effet, des policiers du Gmi, des Esir et de la Délégation régionale de la sûreté nationale ont quadrillé ce quartier.

La peur avait envahi les habitants. Tout le monde était enfermé dans son domicile. Les bars ; les boutiques ; les magasins et les maisons de commerce sont fermés. Pas l’ombre d’un citoyen dehors. En effet, selon les témoignages des riverains, une bombe artisanale a été découverte dans un sac à dos dans un champ de maïs. Alerté, la police a quadrillé le quartier Nsiméyong.

Lire aussi
Cameroun : Le passeport camerounais bientôt disponible 48 heures

« Presque tous ceux qui sont passés à cet endroit aux environs de 6h du matin ont aperçu le sac en question déposé devant cette maison qui est juste en face d’un champ de maïs », renseigne un riverain. Il s’agirait ainsi d’une bombe artisanale de plus dans la ville de Yaoundé, déposée cette fois devant la demeure d’une famille. Malheureusement pour ces hors-la-loi, le domicile en question est équipé d’un système de vidéo surveillance.

Fouilles systématiques

Suite à une alerte à la bombe, la police et la gendarmerie ont vite fait de rappliquer sur les lieux et quadriller la zone, avec pour instruction : la fouille systématique des domiciles et ses occupants. Ils débutent cette opération par une fouille systématique des usagers rencontrés sur les pistes. L’opération se poursuit par une assignation à résidence de tous les riverains. A un moment donné, certains riverains voulaient violer les recommandations des forces de maintien de l’ordre et de sécurité, un des gendarmes posté sur un immeuble a tiré un coup de feu, pour dissuader les récalcitrants.

Lire aussi
Inondations à Yaoundé: L’avenue Kennedy décroche le maillot jaune !

La panique et la peur s’est emparée des populations. En clair, les populations sont appelées à collaborer en signalant toute activité suspecte. La ville de Yaoundé est en proie à une insécurité galopante ces derniers temps, ce qui attire l’attention des habitants sur le danger qui plane sur leur tête. Le 02 juillet dernier, une bombe artisanale explosait au rond-point Damas. Pour l’heure, la ville est plutôt calme et les activités reprennent normalement, bien que la psychose du syndrome continue de hanter les esprits. En attendant que tout rentre dans l’ordre et que les suspects soient arrêtés, la ville reste quadrillée.

Johanne Annick MBEZA (Stg)

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page