Cameroun : Un don destiné aux prisonniers anglophones de Kondengui refoulé - 237online.com
Société

Cameroun : Un don destiné aux prisonniers anglophones de Kondengui refoulé

La Fondation Ayah voulait remettre les denrées alimentaires et le matériel de couchage aux personnes incarcérées dans le cadre de la crise anglophone.

En face de la prison centrale de Kondengui ce 10 janvier aux environs de 17h, la colère est visible sur les visages des dix responsables de la Fondation Ayah. Ils sont venus cet après-midi à Kondengui pour offrir les dons aux détenus. Alors que tout était déjà en place pour réconforter les personnes incarcérées, les responsables de la Fondation Ayah ont été informés qu’ils ne pouvaient pas accéder dans la prison pour distribuer leurs dons. Les matelas, des sacs de riz, des sacs de patates ainsi que des cartons de sucre et des bidons d’huile étaient arrangés en face de la prison. Sur les détails de cette affaire, Ayah Ayah Abine affirme : « Je suis très déçu par l’attitude du régisseur. Nous sommes venus offrir des denrées alimentaires à nos frères incarcérés dans le cadre de la crise anglophone ainsi que d’autres détenus, certains responsables de la prison viennent de me faire comprendre que nos dons ne sont irrecevables. Le même véhicule qui est venu les déposer, nous venons de contacter le même chauffeur pour qu’il nous aide à repartir avec ces dons que nous avons pu acheter grâce de nombreux donateurs. Ce n’est pas la première fois que notre fondation offre des dons aux personnes détenues ici dans le cadre de la crise anglophone. Le responsable régional de la fondation a formellement adressé une correspondance au régisseur de la prison, je ne sais pas pourquoi le régisseur nous a interdit l’accès dans la prison.» Le don était constitué entre autre de 80 matelas, 15 sacs de patates, 25 sacs de tapioca 70 sacs de riz de 50Kg 4 cartons de sucres et six bidons d’huile raffinées.

D’après un responsable de la prison centrale de Kondengui, les membres de la Fondation n’ont pas rempli toutes les formalités administratives nécessaires permettant au régisseur d’avoir l’autorisation de sa hiérarchie. Une explication qui semble ne pas corroborer selon le responsable de cette fondation qui réplique : « Chaque fois que nous offrons les dons ici nous saisissons le régisseur parfois aussi le président du tribunal militaire. C’est la première fois qu’on nous empêche d’accéder. En plus ce sont des denrées alimentaires que nous voulons mettre à la disposition des personnes qui en ont besoin. Qu’elle genre de formalité administrative nous exige-t-on. Nous avons dans cette prison plus de 80 détenus anglophones qui ne reçoivent pas des visites comme les autres détenus.

Ces personnes dépendent essentielle-ment des dons. Il s’agit également d’une aide humanitaire que nous mettons à la disposition de certains compatriotes victimes de cette crise nous venons de rencontrer des déplacés anglophones qui se sont réfugiés dans les forêts et nous les avons offert des dons ». A en croire les informations recueillies hier ces denrées alimentaires seront distribuées aux déplacés internes de la crise anglophone vivant à Yaoundé.

Selon les responsables de la Fondation Ayah, ces déplacés sont environ 1700. Selon les explications données par le responsable de cette Ong, Maurice Kamto figure parmi les personnalités qui ont contribué pour l’acquisition de ce matériel.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer