Cameroun - Tribalisme : Les guéguerres se multiplient sur la toile - 237online.com
Société

Cameroun – Tribalisme : Les guéguerres se multiplient sur la toile

Les internautes développent des discours de plus en plus virulents et haineux envers des groupes ethniques.

La présidentielle 2018 aura laissé bien de dégâts notamment sur les réseaux sociaux. En effet, sur la toile, le discours tend à la haine entre des ethnies du Cameroun. « C’est à cause des filles betis que le Sida s’est répandu au Cameroun. Pas de discussion à faire avec vous parce que j’ai d’abord les maux de tête », croit savoir un jeune homme dans un groupe Facebook.

Comme lui, ils sont nombreux à dévoiler leur dédain envers certains groupes ethniques à travers leurs publications. Une guéguerre se livre donc entre les Bamilékés et Betis. « Les Bamiléké ne peuvent pas diriger ce pays. Sinon l’hécatombe nous guette, on dira bye-bye à notre beau pays le Cameroun », déclare celui qui se prénomme Anicet dans un commentaire. « Et depuis que vous les Bétis vous gouvernez là, ce n’est pas toujours une véritable perte pour la nation camerounaise? Alors ne raconte pas des stupidités », réplique Charlène.

S’il est certain que des messages de ce genre pullulent sur les plateformes de socialisation, il existe quand-même une infime partie d’internautes qui combat avec la dernière énergie le tribalisme grandissant dans les réseaux sociaux. L’information claire et nette. « Combien de personnes bassas, nordistes, betis… sont mariées à des personnes bamilékés ? Écoute bien ceci. Au Cameroun, le tribalisme n’existera jamais », réagit Boniface dans Facebook. « Je suis beti, mais toutes mes amies sont des Bamilékés. On entretient de bonnes relations. Je ne vois pas d’où vous sortez avec cette dislocation sur les ethnies. Nous sommes tous des Camerounais peu importe de quelle tribu nous sommes originaires », conteste une internaute dans un post sur Facebook.

Ces multiples querelles interminables sur les réseaux sociaux concernant la question Bamiléké-Béti semblent épuiser certains internautes. « Faut croire qu’il y a encore certains qui n’ont rien compris de la vie et préfèrent se gâter sur cet espace pour une histoire de tribu. Pas de sens », se désole Ulrich en colère sur son statut sur WhatsApp. Mais ce qui désole plus les internautes est la participation des intellectuels à « cette mascarade sur la toile ». « Quand même ! Des personnes d’un grand niveau intellectuel encouragent de tels discours sur la toile, c’est désolant ! », s’insurge une internaute.

Commenter avec facebook

Source
Andréa Lentchou
Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer