Lifestyle

Cameroun – Tendance : Les faux cils, les femmes en raffolent

De plus en plus à la mode, cet accessoire de beauté captive la gente féminine.

Grâce, étudiante à l’université de Yaoundé 1, fait des va-et-vient au marché Mokolo à Yaoundé. Placée au niveau des ‘‘feux Mokolo’’, elle jette un coup d’œil rapide de l’autre côté de la route. « Je regarde si mon ‘‘asso’’ est là. Il est le seul qui réussit à bien me placer les cils », s’exclame la jeune fille. En face d’elle, un jeune homme lui fait signe de la main et Grâce s’empresse de traverser la route. « Je pensais que tu n’étais pas là, je rentrais déjà », dit-elle à son ‘‘asso’’. Les faux cils, accessoires de beauté devenus tendance depuis quelques années, sont incontournables pour certaines femmes. « Je ne me sens pas belle lorsque je n’ai pas les faux cils. Je trouve qu’ils apportent une touche particulière dans ma mise en beauté », affirme Grâce. Comme elle, Rosa, commerçante, ne peut se passer de cet accessoire de beauté. « Deux fois par mois, je me rends chez mon esthéticienne pour une pose de faux cils. Je les aime longs et colorés », confie-t-elle.

Courts, moyens, longs ou même colorés, les faux cils pullulent dans nos marchés, sous différentes formes. « Mes clientes penchent beaucoup plus pour les cils naturels. Ce sont ceux qu’on peut placer plusieurs fois », explique Sidoine, coiffeuse au quartier Bastos. La jeune femme a fait de cette activité une autre source de revenus. « La pose des faux cils me permet de compléter ma recette journalière. Je me suis lancée dans cette activité en 2013, et grâce à elle, je peux aisément de vivre au quotidien », déclare-t-elle. Prince, installé au marché Mvog Bi, vit essentiellement de la pose des faux cils. Il confie : « Je place les cils à 20 ou 25 femmes par jour. La pose coûte 1000 Fcfa et je me fais un bénéfice de 2000 ou 3000 Fcfa la journée ». Contrairement à Prince, la grille tarifaire de Sidoine va de 1000 à 35 000 Fcfa. « Je place la pose simple à 1000 Fcfa, la pose des cils naturels à 10 000 Fcfa et la pose cil à cil à partir de 25 000 Fcfa », dit-elle. La jeune dame explique que les raisons du coût élevé de ses prestations se justifient par le fait qu’elle loue un local et qu’elle utilise des produits de qualité. « Je me ravitaille en Turquie. Je mise beaucoup sur la souplesse des cils et la qualité de la colle. C’est la raison pour laquelle mes clientes me sont toujours fidèles, malgré mes prix légèrement au-dessus de ceux pratiqués ailleurs », ajoute Sidoine.

Les dangers liés aux faux-cils

S’agissant des risques qu’encourent les femmes qui se livrent à la pose des faux cils, Dr Odile Nga Obama épouse Njock, ophtalmologue, explique : « Il y’a un risque d’allergie liée probablement à la colle utilisée. La sécheresse oculaire peut également être une conséquence de la pose des cils, parce que les glandes qui fabriquent les larmes se trouvent au niveau des paupières et peuvent être modifiées avec la pose de cils ». Ce n’est pas tout, l’ophtalmologue précise également que : « les femmes qui posent les faux cils s’exposent à des infections liées à l’irritation de la peau. Donc, on peut avoir les yeux qui démangent, qui sont enflés, larmoyants et avec des sécrétions ». En cas d’allergies ou des symptômes cités plus haut, le médecin recommande de : « se rapprocher d’un spécialiste le plutôt possible, sinon la visibilité peut être non seulement réduite mais on pourrait perdre la vue ».

Florence Memadji Tambert (stagiaire)

Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page