Cameroun : Scandale financier au Sénat, Wongolo dans la tourmente !

Marcel Niat Njifenji

Le Sénat camerounais est secoué par un nouveau scandale financier qui ébranle les hautes sphères de l’institution. Une enquête explosive vient d’être ouverte, et tous les regards se tournent vers Bernard Wongolo, le secrétaire général par intérim. Celui qui était pressenti pour prendre définitivement les rênes du Sénat se retrouve aujourd’hui au cœur d’une tempête qui pourrait bien lui coûter son fauteuil. Pour ne rien manquer de l’actualité politique au Cameroun, suivez 237online.com, votre site d’info de référence.

Niat Njifenji, le retour fracassant du patriarche

C’est le retour au pays de Marcel Niat Njifenji, le vénérable président du Sénat, qui a mis le feu aux poudres. Malgré la maladie qui le ronge, le patriarche n’a rien perdu de sa combativité légendaire. Alerté par des sources concordantes sur de possibles détournements, il a immédiatement dépêché son fidèle lieutenant, le lamido Aboubakary Abdoulaye, pour diriger une commission d’enquête. Un coup de force qui n’aurait jamais pu se faire sans l’aval d’Etoudi, preuve que Niat Njifenji a encore l’oreille du palais présidentiel.

Un rapport accablant, 3 milliards évaporés

Les conclusions du rapport d’enquête sont sans appel. Près d’un milliard de francs CFA auraient été dépensés sans le moindre justificatif durant les cinq mois d’absence de Niat Njifenji, parti se soigner en Europe. Deux autres milliards, bien que justifiés sur le papier, n’ont pas convaincu les enquêteurs quant à leur utilisation judicieuse. Bernard Wongolo et la directrice du Budget, Nadine Danielle Ngono Ondja’a, sont directement pointés du doigt. Un véritable camouflet pour celui qui se voyait déjà succéder à l’inamovible Michel Meva’a Meboutou au poste de secrétaire général.

Wongolo lâché par Niat Njifenji, la chute du protégé ?

Car Bernard Wongolo n’est pas un inconnu dans les couloirs feutrés du Sénat. Cet ancien gouverneur passait jusqu’ici pour être le protégé de Marcel Niat Njifenji, qui voyait en lui le successeur idéal pour remplacer Michel Meva’a Meboutou, cloué sur un lit d’hôpital depuis des mois. Mais la sortie fracassante de ce rapport pourrait bien sonner le glas des ambitions de Wongolo. Son avenir immédiat est plus incertain que jamais, d’autant que ses relations se sont dégradées avec Justin Njomatchoua, le tout-puissant directeur de cabinet de Niat Njifenji.

Etoudi, arbitre suprême dans la guerre des clans

In fine, c’est une fois de plus le palais présidentiel qui tranchera dans ce bras de fer aux allures de règlement de comptes. Car derrière cette affaire de gros sous se cache surtout une guerre d’influence sans merci entre les différents clans qui se disputent le contrôle du Sénat. Etoudi laissera-t-il Wongolo sur le carreau, lui qui a pourtant réussi à redynamiser l’institution en quelques mois ? Ou le maintiendra-t-il envers et contre tout, quitte à fâcher Niat Njifenji et ses proches ? Réponse dans les prochaines semaines, qui s’annoncent décisives pour l’avenir de la chambre haute du parlement camerounais.

Par Martial Djonkang pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *