Cameroun : Saisie choc de 24,5 kg de cocaïne pure à l’aéroport de Douala !

Cocaine

L’aéroport international de Douala a été le théâtre d’une saisie spectaculaire ce 30 mai 2024. Les douaniers ont mis la main sur pas moins de 24,5 kg de cocaïne pure, dissimulés dans un lot de 204 bâtons de bambou en provenance de Sao Paulo, au Brésil. Une prise record qui a immédiatement conduit à l’interpellation d’un ressortissant camerounais, soupçonné d’être le destinataire de cette cargaison illicite. Pour suivre toute l’actualité brûlante du Cameroun, une seule adresse : 237online.com, votre site d’info de référence.

Un mode opératoire astucieux mais déjoué

Les trafiquants avaient redoublé d’ingéniosité pour tenter de tromper la vigilance des douaniers. La cocaïne, d’une pureté de 100%, était soigneusement cachée à l’intérieur de manches de sacs à main en bois, communément appelés « bolsas ». Un stratagème astucieux mais qui n’a pas résisté au flair des agents des douanes, qui ont rapidement ciblé ces objets suspects. Après une fouille minutieuse et des tests réalisés à l’aide du kit IDENTA, le pot aux roses était dévoilé : près de 25 kg de poudre blanche, pour une valeur marchande estimée à 2 millions de dollars !

Le Cameroun, plaque tournante du trafic de cocaïne ?

Cette saisie record vient confirmer une tendance inquiétante : le Cameroun semble être devenu une plaque tournante du trafic de cocaïne en provenance d’Amérique du Sud. Les « mules » sud-américaines privilégient de plus en plus la route camerounaise pour acheminer leur marchandise illicite vers l’Europe et le reste de l’Afrique. Un phénomène préoccupant qui met en lumière les failles dans le dispositif sécuritaire du pays, malgré les efforts consentis par les autorités pour endiguer ce fléau. Le gouvernement se doit de réagir fermement pour éviter que le Cameroun ne devienne le hub africain de la poudre blanche.

Un coup dur pour l’image du Cameroun

Au-delà de l’aspect sécuritaire, c’est l’image même du Cameroun qui se trouve écornée par ce type d’affaires. Comment un pays qui aspire à devenir une destination touristique majeure et un pôle d’investissements peut-il laisser prospérer de tels trafics sur son sol ? Cette saisie record doit servir d’électrochoc aux plus hautes autorités de l’État. Il est grand temps de donner un véritable coup de pied dans la fourmilière, en s’attaquant aux racines du mal : la corruption endémique qui gangrène les administrations, la porosité des frontières, le manque de moyens alloués aux forces de l’ordre… Autant de défis qu’il faudra relever avec courage et détermination, pour que le Cameroun ne devienne pas le nouveau narco-État du continent africain.

Par Patrick Mbianda pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *