Cameroun : Scandale à la Fecafoot, les arbitres exigent le paiement de leurs émoluments !

arbitres camerounais

La page des championnats d’élite 2024 est à peine tournée que déjà un nouveau scandale éclate au grand jour à la Fédération Camerounaise de Football (Fecafoot). En effet, les arbitres et arbitres assistants montent au créneau pour revendiquer le paiement de leurs arriérés d’émoluments. Une situation devenue intenable pour ces hommes en noir, qui n’hésitent plus à élever la voix pour se faire entendre.

« Certains traînent jusqu’à 12 journées d’arriérés ! » – Simon Ngoon Mbeleck

Joint par 237online.com, Simon Ngoon Mbeleck, l’un des leaders de l’Association Camerounaise des Arbitres de Football (ACAF), tire la sonnette d’alarme : « En élite one, certains arbitres traînent jusqu’à 12 journées d’arriérés. Il faut ajouter la finale de la Coupe du Cameroun de l’année dernière, pour laquelle ils n’ont jamais été désintéressés. Aujourd’hui, on attaque les 32e de finale de la Coupe du Cameroun, mais les arbitres n’ont reçu même pas un franc ! »

Une Fecafoot aux abonnés absents ?

Face à cette situation explosive, la Fecafoot est pointée du doigt. Malgré les multiples interpellations des arbitres, l’instance dirigeante du football camerounais semble aux abonnés absents. « Il a fallu qu’Equinoxe relaie l’information il y a trois mois pour que la Fecafoot daigne payer une partie des émoluments. Mais depuis, la situation ne fait qu’empirer », s’indigne Simon Ngoon Mbeleck.

Un ras-le-bol généralisé

Et l’élite n’est pas la seule concernée. En élite two, les arbitres cumulent près de sept journées impayées. Même son de cloche dans certaines régions comme le Littoral, où les officiels attendent toujours leur dû. Un véritable ras-le-bol qui pourrait bien mettre en péril la suite des compétitions, à commencer par la tant attendue Coupe du Cameroun.

La Fecafoot interpellée

« J’attire l’attention de la Fecafoot une fois de plus pour qu’elle se manifeste convenablement », martèle Simon Ngoon Mbeleck. Une mise en demeure on ne peut plus claire, qui sonne comme un ultimatum adressé aux dirigeants du football camerounais. Car sans arbitres, point de matches. Et sans matches, c’est tout l’édifice du football camerounais qui risque de s’écrouler comme un château de cartes. La balle est plus que jamais dans le camp de la Fecafoot. À elle de jouer, et vite !

Par Thierry Mveng pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *