Société

Cameroun – riposte coronavirus: Dr Manaouda au four et au moulin

Depuis l’apparition du coronavirus au Cameroun, le ministre de la Santé publique est présent sur les réseaux sociaux et dans la presse pour faire le point sur les chiffres de la pandémie au Cameroun.

A chaque fois, il en appelle à la responsabilité et à la vigilance du public dans le cadre de la lutte contre la pandémie. Comme dans tous les autres pays du monde, le Cameroun fait face à l’épidémie du coronavirus qui a déjà bouleversé les habitudes des populations, au point d’y créer une psychose.

Face à cela, le gouvernement a pris une série de 13 mesures tendant à éviter l’expansion de la pandémie et qui vont s’appliquer sur une durée de quinze jours, renouvelables en cas de nécessité. C’était au sortir d’une réunion interministérielle d’urgence autour du Premier ministre, Joseph Dion Ngute. Sur le terrain, le corps médical est à pied d’œuvre dans les différents centres hospitaliers dédiés à cet effet.

Lire aussi
Betare Oya : les populations de Liguim, Mbitom et Tête d'Éléphants sont sur « le pied de guerre »

Ces mesures prises par les pouvoirs publics, à côté du respect scrupuleux des règles d’hygiène, sont appelés à être respectées par toute la communauté nationale, en vue d’une riposte de la pandémie. Enfin de semaine dernière, le compteur affichait 40 cas confirmés de contamination et deux cas de guérison.

En effet, sur les 65 cas de passagers du vol du 17 mars 2020 testés, les services sanitaires ont enregistré 13 cas positifs asymptomatiques. Ce fut l’occasion pour le ministre de la Santé publique, le Dr Manaouda Malachie d’appeler à « plus de responsabilité et de vigilance dans le lutte contre le virus ». Et pour le virus, la chloroquine fait son come-back à travers le monde, au moment où les pouvoirs publics font tout pour traquer les éventuels contaminés.

Sur un autre plan, le ministère de la Santé publique a lancé un appel à projets de recherche interdisciplinaire autour du Covid-19. Il s’agit d’accélérer et faciliter la recherche pour renforcer les connaissances sur l’épidémiologie, la transmission, la maladie, la prise en charge optimale, les réservoirs du virus, l’évolution du virus, la réponse immunitaire contre le Covid-19, entre autres. Et dans le cadre de la prise en charge des cas confirmés de la pandémie, le ministre de la Santé publique demande au directeur de l’hôpital de référence de Sangmélima de libérer 50 lits d’hospitalisation et un espace pour l’installation d’un scanner des équipements de radiologie dédiés à la prise en charge des cas confirmés.

Lire aussi
Campagne nationale: Le Cameroun veut déparasiter 7 403250 enfants

Quant à la ville de Bafoussam, elle est déjà à deux cas, alors que Douala, principal porte d’entrée du Cameroun beigne dans une certaine fébrilité.
En définitive, face à la désinvolture légendaire des Camerounais, le confinement et l’observance des règles d’hygiène telles qu’indiquées par l’OMS et le ministère de la Santé publique.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page