CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
5436
Actifs
3265
Guéris
1996
Décès
175
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 26 mai 2020
Société

Cameroun – Coronavirus: Les rappels à l’ordre du Mincommerce

Face aux velléités de spéculation sur les marchés, Luc Magloire Mbarga Atangana, fait peser la menace des sanctions pécuniaires et les suspensions pure et simple de l’activité de commerçant.

Le contexte actuel marqué par la pandémie du coronavirus a amené les pouvoirs publics à prendre des mesures appropriées pour circonscrire cette pandémie au-delà des frontières nationales. Dans un communiqué rendu public, le 18 mars dernier, des hautes instructions du chef de l’Etat étaient reprécisées à l’endroit de certains membres du gouvernement, face à cette menace. Ainsi, il était demandé au ministre du Commerce « de veiller à la stabilité des prix des produits de consommation courante et préciser les modalités de régulation des flux de personnes dans les marchés et lieux de commerce.» C’est donc motivé par cela que Luc Magloire Mbarga Atangana est descendu sur le terrain le lendemain, pour s’assurer de la disponibilité des stocks, et surtout, du respect des règles d’hygiène dans les lieux de commerce, dans le but de freiner la propagation du coronavirus.

A chaque étape, le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana a tenu à sensibiliser les consommateurs sur la nécessité d’observer les règles élémentaires d’hygiène dans les grandes surfaces et les marchés. Ces mesures d’hygiène sont globalement respectées (utilisation d’une solution hydro-alcoolique) dans les grandes surfaces visitées, avec au passage, la réduction des heures d’ouverture de 6 heures à 18 heures. A cette occasion, l’équipe de la brigade nationale de contrôle et de répression des fraudes au ministère du Commerce, a posé des scellées, aux marchés de Mokolo et de Mvog-Mbi à Yaoundé. 237online.com Les motifs de cette fermeture portent sur la pratique illicite des prix du poisson maquereau (Sirius Fish) et pour défaut d’affichage des prix. Face à cela, le ministre du Commerce, Luc Magloire Atangana a appelé « au sens de responsabilité des acteurs amont et aval du secteur de la distribution, en les invitant à prendre toutes les mesures nécessaires pour veiller à la disponibilité des produits de grande consommation et au strict respect des prix, soit homologué, soit concertés. »

En effet, des dispositions de la loi du 21 décembre 2015 régissant l’activité commerciale au Cameroun, prévoient, à l’encontre des contrevenants, des sanctions à la fois pécuniaires, pouvant aller jusqu’à 10% du chiffre d’affaires annuel réalisé par le commerçant incriminé. Le code pénal prévoit en outre la suspension pure et simple de l’activité du commerçant mise en cause. « S’agissant des consommateurs, le ministre du Commerce voudrait informer, en guise de rappel, qu’ils disposent depuis le 25 septembre 2019, d’un numéro vert, le 1502, par lequel, ils peuvent, sans avoir à débourser le moindre frais, dénoncer toute pratique illicite ou comportement déviant auprès des services en charge des contrôles et de la répression des fraudes, qui se chargeront de l’action de répression ou en réparation », rappelle un communiqué du ministre du Commerce. Alors que les consommateurs sont appelés à utiliser le numéro vert (1502) pour les cas de dénonciation, les services centraux et déconcentrés du ministère du Commerce vont dans les jours qui suivent, faire un déploiement sur le terrain, en vue de traquer les commerçants véreux. Il faut rappeler que cette descente sur le terrain du ministre du Commerce faisait suite à une concertation qu’il a eue avec les maires d’arrondissements de Yaoundé. Des mesures ont alors été évoquées quant à la structuration des marchés, les horaires d’ouverture, les règles d’hygiène et le désengorgement des marchés.

Lire aussi
Allègement de la dette: Le Fmi exclut le Cameroun

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer