Société

Cameroun – Reprise des cours: La peur a été vaincue

Après deux mois et demi d’interruption en raison de la pandémie du coronavirus, élèves et étudiants du Cameroun ont repris les cours hier 1er juin 2020 dans tous les ordres d’enseignement du public et du privé.

Face à la flambée des cas de contamination au coronavirus constatés au Cameroun ces derniers jours, la décision gouvernementale de reprendre les cours, du moins pour les classes d’examen, avait été diversement appréciée par certains responsables de la communauté éducative, y compris les parents d’élèves. Malgré cela, le gouvernement a maintenu sa décision de reprise des cours afin de permettre un parachèvement harmonieux de l’année scolaire et académique en cours. Le mot d’ordre reste de veiller scrupuleusement à la sécurité sanitaire de l’ensemble de la communauté éducative.

En France par exemple, le ministre de l’Education nationale a décidé que le diplôme national du Brevet et le Baccalauréat, seront délivrés sur la base
du contrôle continu. Les mêmes dispositions seront applicables aux établissements au Cameroun. « Au vu de l’évolution rapide de la pandémie de Covid-19 au Cameroun et des difficultés rencontrées pour permettre la prise en charge des malades, il n’apparait pas raisonnable de procéder à la réouverture des établissements à programme français au Cameroun. », relève l’ambassadeur de France au Cameroun, Guillaume Guilhou, dans une lettre adressée la semaine dernière aux parents d’élèves des établissements à programme français au Cameroun.

Lire aussi
Cameroun : Plusieurs villes de la Région de l’Extrême-Nord dans le noir

A pays du président Paul Biya, ce ne sera malheureusement pas le cas. Le 29 mai dernier, soit trois jours avant la rentrée programmée du 1er juin 2020, une conférence conjointe réunissant les ministres de la Communication, de l’Enseignement supérieur, des Enseignements secondaires et de l’Education de base, s’est tenue à Yaoundé. Cette communication gouvernementale visait à informer et à rassurer la communauté éducative nationale, sur les dispositions prises par les responsables des différents cycles d’enseignement, afin de permettre aux élèves et aux étudiants, de parachever respectivement leur année scolaire et académique, sans courir le risque d’une contamination au coronavirus.

Importantes décisions

Ainsi pour garantir la sécurité sanitaire des élèves, des étudiants et du personnel enseignant dans le contexte actuel marqué par la pandémie du coronavirus, des mesures ont été prises. Au niveau des établissements scolaires et universitaires, des désinfections ont eu lieu avant la reprise des cours du 1er juin. D’autres décisions importantes ont été prises : le port des gants dans les salles informatiques, aussi bien par les enseignants que les élèves, le port obligatoire des blouses par les enseignants, la fermeture de toutes les cantines scolaires, le port obligatoire des masques par les élèves et les enseignants et la conception d’un plan d’orientation des élèves vers leurs salles de classe, entre autres.

Lire aussi
Cameroun: Des bandits sèment la terreur à Guérémé Bidzar

En confirmant la reprise du conseil de cabinet du mois de mai, le Premier ministre Joseph Dion Ngute a rappelé que le 1er juin 2020 concernait la reprise des cours par les élèves de Terminale et Upper Sixth, et ENI Bac uniquement. La reprise des cours par les élèves des autres classes d’examen et les autres classes de l’Enieg aura lieu le 4 juin 2020, alors que la première semaine sera consacrée uniquement aux révisions selon un calendrier arrêté.

Par ailleurs, la prise en charge des élèves dès leur arrivée à l’établissement se fera ainsi qu’il suit : se rassurer que chacun a son masque ; l’orienter vers sa salle de classe ; enfin, l’élève lave ses mains avant d’entrer dans sa salle de classe. Il y a également la prise de la température de l’élève à l’aide du thermo flash dans la salle de classe.

Cela étant, en attendant le pic de la pandémie du coronavirus au Cameroun, les chiffres publiés au 31 mai 2020 faisait état de 6143 cas positifs, pour 3578 guéris et 197 décès. Avec ce tableau si préoccupant pour les autorités sanitaires du pays, la vigilance reste de mise et le respect des mesures-barrières, un impératif de tous les instants.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page