Cameroun – Rentrée scolaire 2020/2021: Les élèves entre le marteau et l’enclume

Des élèves en grande joie

Les conseillers d’orientation pensent que le fait pour une partie des élèves d’être en congé pendant plusieurs mois aura forcément un impact sur leur niveau scolaire.

Dans le prolongement des mesures gouvernementales de prévention et de lutte contre le coronavirus, le calendrier de la rentrée scolaire 2020/2021
a été réaménagé. C’est le 05 octobre 2020, que les élèves et écoliers du Cameroun retourneront à l’école. Du coup, la communauté éducative s’interroge sur l’incidence de ces 7 mois des vacances sur le niveau des apprenants. « 7 mois de vacances, nos enfants pourront-ils garder la tête sur les épaules? » Ainsi s’interroge Martial Fomekong, père de quatre enfants dont 3 sont dans les classes intermédiaires, dans l’un des établissements scolaires de la ville de Yaoundé. Mis en congés précoces le 17 mars 2020 suite à la fermeture des établissements scolaires et universitaires, à cause de la pandémie du coronavirus, la petite Anaïs, élève en classe de CM1 ne connait plus la définition du climat, ni la table de multiplication. Chose qu’elle récitait pourtant en début d’année scolaire.

Pour la conseillère d’orientation Lyly Akamse, « il est tout à faire normal que les réflexes physiques et intellectuels ne soient pas au rendez-vous à
la reprise des classes. Une longue absence dans ce cadre de dispensation des savoirs a des conséquences irréversibles, peut-être d’altération,
juste le temps du reconditionnement de l’apprenant tant il peut avoir une capacité d’adaptation plus ou moins rapide selon les cas. Certains apprenants, ceux ayant naturellement un quotient intellectuel bas vont certainement accuser le coup, si nous considérons le fait que la répétition
et l’exercice participent à l’acquisition des savoirs.

Ceci dit, l’incidence de ces 7 mois sur le quotient intellectuel des apprenants à la reprise d’octobre sera observée, mais à des degrés différents », dit-elle. Autant certains élèves seront en difficulté, autant d’autres n’auront besoin que d’un temps de réadaptation pour se remettre dans le bain de l’apprentissage. En tant que conseillère d’orientation, je peux dire aux parents de ne pas laisser les enfants rompre complètement avec l’activité intellectuelle. « Des plannings d’étude allégés devraient être élaborés à cet effet, juste pour maintenir la mémoire en éveil étant donné que le milieu scolaire a ses spécificités qui participent à l’épanouissement et à l’accomplissement tous azimut de l’apprenant », a-t-elle conclue.

Classes intermédiaires

Prudents, certains parents ont choisi de recruter des répétiteurs pour encadrer leurs progénitures à domicile. C’est le cas d’Arsène Nanga, marié et père de cinq enfants, tous dans les classes intermédiaires. « Je pense que ces vacances très longues auront un impact sur le niveau des enfants.
Ma fille par exemple qui avait les allures d’élève brillante, n’arrive plus à répéter les leçons qu’elle maîtrisait », raconte le parent. Et d’ajouter, « j’ai dû prendre un répétiteur pour mes enfants, afin de maintenir leur niveau jusqu’à la prochaine rentrée scolaire ». Pour Tchadih Vannelle, élève en classe de 4eme au lycée bilingue d’Obala, département de la Lékié, région du Centre, c’est sa première année de faire la deuxième langue dont l’Allemand.

N’ayant pas terminée le programme de l’année en cours, elle se demande si un jour, elle pourra parler couramment cette langue qu’elle affectionne bien. « Nous n’avons pas terminé le programme en allemand, ainsi que dans d’autres matières. Le problème est que je compose le Bepc l’année prochaine et j’ai peur de ne pas avoir le niveau pour affronter cet examen. L’allemand par exemple est une langue un peu complexe, j’ai des difficultés à m’en sortir. J’ai fait part de mes insuffisances dans ces matières à mes parents, alors mon papa a décidé de me trouver un répétiteur. Cela pourrait m’aider à rester connecter à mes cahiers jusqu’à la rentrée du 05 octobre 2020 », confie-t-elle.

Un répétiteur pour « dépanner »

Nombreux sont ces élèves en classe intermédiaire qui s’interrogent sur leur niveau le 05 octobre prochain. Jordan Balamba, est en première année au lycée technique d’Obala. Il fait électricité. Sa formation en électricité connaitra à coup sûr des perturbations. Sa mère inquiète a sollicité le dépannage d’un répétiteur pour les cours de remise à niveau pendant ces vacances. « Ces longues vacances auront un impact négatif sur nos élèves. Mon fils qui faisait première année en électricité au lycée technique sera perturbé. Alors pour éviter ça, j’ai embauché un répétiteur juste pour qu’il garde le niveau », s’indigne –t-elle. Tout comme ces élèves du primaire et secondaire, Odilon Mbellè étudiant en Sciences politiques première année à Yaoundé II Soa, va renouer avec le chemin de l’école le 15 Octobre prochain.

Pour le jeune garçon, il fera des Travaux dirigés avec ses ainés académiques pour maintenir son niveau. Pour certains parents et personnel éducatif, l’impact du Covid-19 sur l’éducation scolaire sera particulièrement inquiétant sur l’étendue du territoire national. Si la fermeture des écoles apparaissait nécessaire dans ce contexte sanitaire préoccupant, la période longue de mise en congés d’une partie des élèves aura des effets sur leur niveau scolaire. Pour Nadège Essengué, enseignant au lycée de Nkolbisson à Yaoundé, les parents doivent « impérativement solliciter des enseignants pour suivre leurs enfants pendant cette longue période de vacances».

Nadège ANOUNGA (stagiaire).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *