Lecoindudroit

Cameroun : Que prévoit la loi en cas diffusion de FAKE NEWS ?

Les auteurs de fausses informations sur les réseaux sociaux risquent jusqu’à deux ans de prison.

Nombreux sont les camerounais qui au quotidien, sont à l’origine de la propagation de fausses informations sur les réseaux sociaux. Il suffit qu’un
post soit fait sur internet, pour que les utilisateurs de réseaux sociaux le relaient. Très souvent, ces derniers n’ont pas la présence d’esprit de vérifier la véracité de ces publications, trop occupés à avoir l’exclusivité. Ce qu’ils ignorent, c’est que la loi n° 2014/028 du 23 décembre 2014 portant répression des actes de terrorisme et la loi n° 2010/012 du 21 décembre 2010 relative à la cybersécurité et la cybercriminalité au Cameroun”,
condamnent fermement les auteurs de “fake news” . Notons aussi qu’il y a deux ans, le ministère des Postes et Télécommunications(Minpostel), avait
décidé de punir les auteurs de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux.

Ces derniers s’exposent à une peine d’emprisonnement allant jusqu’à deux ans, et d’une amende comprise entre cinq et dix millions de Fcfa.
Même si jusqu’ici des sanctions proprement dites-nous pas encore eu lieu concernant la diffusion de fausses informations sur les réseaux sociaux,
on enregistre tout de même des plaintes dans nos différents commissariats et tribunaux. Une source au Minpostel nous confie que «pour l’heure,
nous ne sommes pas à la phase de répression, mais celle de sensibilisation. Viendra le moment où les autorités compétentes vont frapper le point sur la table». Il y a quelques temps, une affaire concernant des rumeurs et fausses informations a été entendue au tribunal de Yaoundé. Un Monsieur se plaignant de diffusion de fausses informations diffusés à son égard via le réseau social Whatsapp, a reçu une somme de 500.000Fcfa pour dommages et intérêts.

Please follow and like us:
Pin Share
Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
RSS
Follow by Email