Economie

Cameroun : Pourquoi l’igname ne se vend pas dans nos marchés

La crise sanitaire due au nouveau coronavirus a infecté la commercialisation de ce tubercule, jadis très prisé par les ménagères.

Au marché Mvog-Mbi dans l’arrondissement de Yaoundé IV, les commerçantes aguichent la clientèle. « Vos tas d’ignames à 2000 Fcfa le tas bien blanc et fariné. Venez achetez vos ignames ici. Venez prendre les ignames pour la sauce », scande Miriam Onana, revendeuse d’ignames au marché Mvog-Mbi. Les ignames chôment actuellement sur les marchés. Les clients se font rares. « Le commerce va très mal actuellement .On n’a pas de clients. On joue seulement au maintien », lâche Irène. « Il y’a suffisamment d’ignames sur le marché. Mais on ne vend pas. Depuis que le corona virus est arrivé au pays, on dirait que l’argent a disparu », déclare Anastasie Ndzié; commerçante au marché Etoudi dans l’arrondissement de Yaoundé I. « On ne peut pas augmenter les prix maintenant surtout dans ce contexte de crise sanitaire. Si on le fait, ce serait à notre désavantage. On espère que les grossistes vont revoir leurs prix à la baisse », soutient-elle.

Vigilance et lucidité

Et de préciser que contrairement aux autres tubercules, l’igname se vend de façon particulière. « On ne vend pas les ignames en sac. Certains vendent par pièce. Soit 1500 Fcfa l’unité. D’autres vendent en tas. Et certains en cuvette. Vous pouvez voir les igames de 20000 Fcfa le tas. La cuvette peut coûter 25000Fcfa. Tout dépend d’un grossiste. Et quand le prix est taxé, vous discutez », explique-t-elle. Les prix sont aléatoires; elles varient d’une personne à une autre. « L’igname ne se vend pas rapidement comme les autres vivres. Parfois quand on achète les ignames déjà blessés, avec le temps ils sèchent. Ce qui nous conduit souvent dans les pertes », confie Joséphine.

Lire aussi
Cameroun: Les chefs de famille broient du noir en plein Covid-19

Selon une vendeuse d’ignames au marché Mfoundi, « il existe plusieurs qualités d’igname. Et ces ignames ne se vendent pas au même prix. On a l’igname Bafia vendu à 2000 Fcfa le tas, l’igname du Nord et celui de Bamenda qui se vend par pièce en fonction de la grosseur », avoue Yvette.

Dilan KAMNO (Stg)

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page