Société

Cameroun – Mgr Dassi nommé à la tête du diocèse de Bafia : Une nouvelle ère s’ouvre

L’annonce a été faite mercredi dernier par le Saint-Siège.

Le Pape François vient de porter à la tête du diocèse de Bafia Monseigneur Emmanuel Dassi Djoufang. Cette bonne nouvelle qui est tombé mercredi 13 Mai, a été accueilli avec ferveur par les ouailles du diocèse de Bafia, qui depuis la disparition de Monseigneur Benoit Balla, mort dans des circonstances hypothétiques en 2017, n’avait plus de guide spirituel.

Il est vrai que pendant ce temps de vacuité, Monseigneur Kome du diocèse de Bafang, y jouait le rôle d’administrateur apostolique, en attendant la nomination d’un nouvel évêque à la tête de ce vaste diocèse. Aujourd’hui c’est chose faite ! Il faut dire que le prélat qui vient ainsi de recevoir du Saint-Siège la haute charge de gérer le diocèse de Bafia, était précédemment évêque auxiliaire du diocèse de Bafoussam. Il est âgé de de 53 ans et apparaît comme un jeune dans l’épiscopat camerounais. Voici en somme la réaction du Monseigneur Emmanuel Dassi après sa nomination : « en trois mots je voudrais rendre grâce à Dieu qui m’appelle et m’associe à son œuvre comme évêque du diocèse de Bafia. C’est toujours une manifestation de son amour quand il choisit quelqu’un pour un tel service. Je voudrais dire toute ma disponibilité totale pour accomplir cette œuvre, pour donner ma vie à ce diocèse et enfin j’y vais avec beaucoup d’humilité parce que je sais que je ne suis pas à la hauteur de la tâche, et je compte sur la Vierge Marie pour m’accompagner ».

Lire aussi
Coronavirus: Le bilan grimpe à 12041 cas au Cameroun

Tout en souhaitant bon vent au nouveau berger diocésain de Bafia, force est de reconnaitre que sa mission au sein de cette nouvelle communauté, loin d’être une sinécure ne sera pas de tout repos, quand on sait les clivages socioculturels qui minent l’église de Jésus-Christ en général, et celle de Rome en particulier. Pourtant avec Christ il ne devrait plus avoir, n’y a ni juif ni païens…n’y ewondo, n’y bami, bafia, mais tout simplement les enfants de Dieu. Comble de paradoxe !

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page