Politique

Cameroun – Message à la jeunesse: Paul Biya ignore les réalités de son pays

Vraisemblablement on fait dire des choses au Chef de l’Etat qui malheureusement ne cadre pas toujours avec la réalité.

Comme il fallait s’y attendre le Chef de l’Etat camerounais, lors de son adresse ce 10 février 2020 à la jeunesse à l’occasion de la fête de la jeunesse qui se célèbre ce 11 février 2020, a fait le tour d’horizon de l’actualité, est des difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes. Bien évidemment il a mis en exergue les efforts consentis par les pouvoirs publics pour améliorer les conditions de vie de la jeunesse Camerounaise. Quelques unes des points saillants de ce discours méritent d’être scrutés.

Le Président de la République fait savoir au Camerounais, voir à la communauté internationale, que la dotation budgétaire allouée à l’encadrement de la jeunesse, tous types d’enseignement confondu, représente le septième des dépenses de l’Etat. Pour être sincère, peu de Camerounais même parmi les plu érudits n’étaient pas aux faits de cette réalité. Il faut reconnaître que c’est tout de même énorme comme investissement. Malheureusement, à regarder l’état végétatif dans lequel est englué la jeunesse camerounaise, il y a lieu de se poser la question de savoir où vont tous ses fonds à elle dédiés. Au vu de la qualité de l’enseignent, les camerounais dans leur immense majorité pensent qu’une bonne partie de ce budget finit dans les poches perdues des faucons qui ont en charge d’implémenter de la vision du Chef de l’Etat.

Un autre point saillant de ce discours est inéluctablement la question d’emploi qui se pose avec acuité, compte tenu du grand nombre de jeune sans emploi ou sous employé. Paul Biya reconnaît volontiers que la demande est très largement au-dessus de l’offre, malgré toute la sollicitude des pouvoirs public, et les limites du secteur privé, avant de conclure que : « Malgré ce handicap, on peut toutefois se réjouir de ce que, selon les statistiques, un peu plus de 500.000 emplois ont été créés l’an dernier dans le secteur moderne de notre économie. » Par rapport à ce chiffre, bien de jeunes camerounais ne s’y reconnaissent pas. Un jeune interrogé à ce sujet dit qu’on fait mentir le Président de la République à tout bout de champs, car ces chiffres ne reflètent aucunement la réalité.

« Aujourd’hui, les Camerounaises et les Camerounais, dans leur grande majorité, peuvent manger à leur faim, se faire soigner, aller à l’école, au collège, au lycée, à l’université, ont le droit de s’exprimer et de voter librement » Sur ce point ces concitoyens des bidons villes et de l’arrière-pays qui constituent le plus gros de la population camerounaise ont « mis la main sur la tête ».

Le Président n’est manifestement pas au courant des réalités de son pays. Par exemple l’école primaire qu’il avait décrété la gratuité, est devenu plus cher que quand elle n’était pas gratuite.

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer