Société

Cameroun – Marche du Mrc: Atanga Nji prépare ses « ruches d’abeilles »

Le ministre de l’Administration territoriale a adressé un fax aux gouverneurs des régions du Centre, du Littoral et de l’Ouest hier, 14 septembre 2020 pour leur demander de prendre toutes les dispositions pour interpeller et mettre en « garde à vue administrative » tous ceux qui manifesteront le 22 septembre prochain avec le Mrc.

« En tapant sur une ruche d’abeilles, vous savez ce qui vous attend lorsque vous ne pouvez pas fuir. J’espère avoir été suffisamment clair ». C’est sous ce ton menaçant et acerbe que le ministre de l’Administration territoriale a sanctionné son discours du 07 septembre 2020 au cours du point de presse qu’il a donné quelques heures après que le président de la République a convoqué les collèges électoraux pour les élections régionales. Par ce propos, Paul Atanga Nji mettait en garde tous les acteurs politiques qui s’insurgeraient par des manifestations publiques quelconques, contre la tenue desdites élections. Prêt à s’assurer que toutes les dispositions sont prises pour permettre un déroulement pacifique de ce grand rendez-vous dans les urnes, le Minat est monté au créneau hier, pour demander aux gouverneurs des régions du Centre, du Littoral et de l’Ouest, de préparer les « ruches d’abeilles », afin que ces insectes hautement nuisibles, « piquent » tous ceux qui s’investiront dans des manifestations publiques en vue de contester les élections régionales.

Dans une correspondance adressée à Naséri Paul Béa, à Samuel Dieudonné Ivaha Diboua et à Awa Fonka Augustine, le patron de l’administration territoriale fait savoir que des informations concordantes font état de ce que les responsables du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) de leurs régions respectives projettent des manifestations illégales à partir du 22 septembre 2020. En conséquence, « je réitère que ma mise en garde rappelée lors de mon point de presse du 07 septembre dernier reste d’actualité. A cet égard, je vous demande de bien vouloir mettre en place un système de surveillance de tous les militants et sympathisants dudit parti politique. Il reste entendu que les manifestations non autorisées demeurent interdites », souligne-t-il. Précisant que les villes de Yaoundé, Douala et Bafoussam, sont les plus impactées par la pandémie à Covid-19, Atanga Nji indique que si malgré cette situation sanitaire, ce « projet de manifestations illégales » était mis en œuvre, « vous procèderez sans faiblesse à l’interpellation et à la garde à vue administrative des personnes concernées ».

Lire aussi
Cancer du col de l'utérus: NON au vaccin TEST au Cameroun

Date de toutes les incertitudes

Il s’agit primo, de toutes personnes qui se retrouveront sur la voie publique malgré les interdictions des autorités administratives et secundo, de toutes personnes qui ont lancé les mots d’ordre de manifestations par écrit sur les plateaux ou antennes Tv et radio ou par voie de réseaux sociaux. Par ailleurs, « je vous réitère mes instructions antérieures à savoir le maintien de l’ordre doit se faire sans la moindre complaisance avant, pendant et après les élections des conseillers régionaux du 06 décembre 2020 », conclue-t-il. Toutefois, il faut rappeler qu’aucune information officielle n’a encore été donnée par le président national du Mrc, Maurice Kamto, sur la tenue d’une marche quelconque le 22 septembre prochain. Pour l’heure, la seule information publiée par le leader du Mrc, est celle invitant les médias camerounais à se rapprocher de la cellule de communication de son parti politique en vue de s’accréditer pour la réalisation et la diffusion d’une émission spéciale qu’il projette de faire dans les prochains jours. Pour l’heure, le 22 septembre 2020, reste une date de toutes incertitudes.

Lire aussi
Cameroun : 4 grands bandits mis aux arrêts à Mbouda

Rostand TCHAMI

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page