Economie

Cameroun – Logements estudiantins : La commission interministérielle renaît

Inactifs depuis 2018, les membres de cette plateforme d’échanges se sont réunis le 9 septembre 2021 dans le but de trouver des solutions aux réclamations des étudiants. Plusieurs résolutions ont été prises parmi lesquelles le recensement et le classement des logements.

Appliquer scrupuleusement les dispositions réglementaires existantes en matière de logement estudiantin avec la surveillance des antennes locales de la Brigade spéciale des loyers; constituer et constater la fonctionnalité de la Brigade spéciale des loyers des logements d’étudiants par le ministère du Développement urbain et de l’habitat (Minduh) ; convoquer et faire déployer les antennes locales afin de procéder au recensement et classement des logements par les préfectures ; verser les loyers mensuellement, avec une caution remboursable de deux mois ; assurer la fourniture en eau et électricité des locataires par les bailleurs ; faire montre de discipline et de responsabilité envers leurs engagements, sont quelques résolutions issues de la rencontre tenue le 9 septembre dernier. C’était dans le cadre de la « réunion d’évaluation de la mise en œuvre des textes encadrant les loyers des logements d’étudiants », en présence des représentants du ministère de l’Administration territoriale (Minat), du Minduh, de la Délégation générale à la sûreté nationale (Dgsn), du préfet de la Mefou et Afamba, des universités d’Etat, les bailleurs et le président de l’Association pour la défense des étudiants au Cameroun (Addec). « Nous avons écouté les réclamations des étudiants et entendons tout mettre en œuvre afin que leurs conditions de logements soient améliorés », affirme un cadre de la commission interministérielle en charge de la régulation du secteur des logements estudiantins.

Lire aussi
Lutte contre le Covid-19 : Gongelcam offre 250 millions de FCFA au Cameroun

En effet, au mois d’août dernier, un mouvement d’humeur avait été lancé par les étudiants des universités de Yaoundé 1 et 2, sous l’encadrement de l’Addec. Ils réclamaient la baisse du prix des loyers estudiantins et la mise en application des textes qui régissent la commission interministérielle en charge de la régulation du secteur des logements des étudiants. « Les étudiants ont raison de manifester leur mécontentement. Depuis 2018, les logements estudiantins ont quasiment doublé de prix. Une chambre qui coûtait 25.000Fcfa à l’époque coûte dans les 40.000Fcfa aujourd’hui. De plus, on observe un important problème de distribution d’eau et d’électricité dans certaines cités », se plaint un leader de l’Addec.

Lire aussi
Protection de l’environnement : Huawei mise la numérisation

Composée du ministère de l’Enseignement supérieur (Minsup), du ministère du Commerce et des Domaines du cadastre et des affaires foncières (Mindcaf), la commission interministérielle en charge de la régulation du secteur des logements estudiantins des universités de Yaoundé 1 et 2, a vu le jour le 30 juin 2005 suite à des grèves des étudiants des universités de Soa et de Ngoa Ekelle. Seulement, depuis 2018, cette commission n’a plus siégé ; ce qui a pérennisé le désordre dans ce secteur.

Lire aussi
Cameroun - Performance : 1000 milliards d’impôts collectés en six mois

Murielle Tchoutat

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page