CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
12592
Actifs
2179
Guéris
10100
Décès
313
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 29 juin 2020
Société

Cameroun: Les aphrodisiaques inondent le marché

Vendus comme des friandises dans les rues de Yaoundé, les médecins traditionnels proposent « ces médicaments miracles ».

Ces produits indigènes sont connus sous plusieurs noms, le « nguemtiteuk », le « fa ’ah », le « sa’ap ». A l’ « Avenue Kennedy » et à « Coron » à Yaoundé, ces écorces d’arbres, transformées en poudre puis ensachées pour certains et pour d’autres bouillies dans de l’eau y sont exposés. Certaines sont embouteillées dans des bouteilles d’eau minérale. Des images d’appareil génital masculin ou encore des tableaux où sont inscrits les bienfaits de ces écorces servent de canal pour attirer l’attention des plus curieux.

La statue de l’organe génital mal donne un aperçu du résultat répondant aux attentes des clients en quête d’allongement et gonflement de sexe. À Coron, le médicament le plus prisé est le « zizi fort ». Ceux qui le sollicitent le plus sont ces hommes qui disent ne pas être satisfaits de la taille et du poids de leur sexe ou encore par ceux qui ne réussissent pas à satisfaire sexuellement leurs conjointes « ces gynécologue particuliers » assit sur des comptoirs dans les rues de la capitale proposent et accueillent tout passant intéressé par leurs produits. Un business qui date de plusieurs années dans les rues de Yaoundé « je vends ces produits depuis 6 ans. J’ai
commencé à Ebolowa »,
confie Séraphin Abessolo.

Autres fonctions

Outre les vertus aphrodisiaques ces médecins traditionnels sont aussi spécialisés dans le traitement des « myomes », « fibromes », « kystes », trompes bouchées et tous autres problèmes liés à l’appareil génital de la femme. Le client arrive avec sa difficulté et l’explique au vendeur qui à son tour lui propose le remède qui convient le plus à son malaise. Cependant les clients sont complexés car ce n’est pas toujours chose facile de parler de sexualité en public ou avec un inconnu, ce qui fait que c’est le commerçant qui se voit toujours contraint de se déplacer vers le client dès qu’il reçoit un signe de celui-ci. Le regard d’autrui est honteux par conséquent c’est en toute discrétion que les clients entre en possession de leurs écorces, « je préfère rester discret pour acheter mes remèdes car dès qu’on te voit pointé devant un médecin traditionnel on sait immédiatement que tu as un problème lié à l’appareil génital et cela fait honte », avoue Christophe Mbassi.

Certains médecins font diffuser leurs pharmacies traditionnelles via des publicités sur des chaînes locales en donnant la situation géographique de leurs boutiques, en donnant leurs numéros de téléphone permettant ainsi à ceux qui n’ont pas le courage de parler en publique d’expliquer leurs problèmes par téléphone et de se faire consulter à domicile pour ceux sont prêts à payer le déplacement des médecins et la consultation à domicile.

Catherine EWOLA (Stg)

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer