Politique

Cameroun : Le Mrc lance une opération pour la libération des 111 détenus

La campagne initiée par Maurice Kamto est baptisée « Libérez les prisonniers politiques ». En l’espace de deux semaines, neuf militants incarcérés depuis plus d’un an ont recouvré la liberté sans être jugés.

Trois détenus interpellés dans le cadre des manifestations dites pacifiques organisées en septembre 2020 par le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), ont été libérés le 20 décembre 2021 par une décision du juge d’instruction du tribunal militaire de Yaoundé. Stéphane Nzali, Ulrich Simo et Evariste Mbeh étaient en détention provisoire depuis octobre 2020 à la prison centrale de Kondengui pour tentative de rébellion, attroupement illégal. Ils recouvrent la liberté alors que leur affaire n’a toujours pas été enrôlée devant le tribunal militaire de Yaoundé. Ces trois détenus ont été reçus le 21 décembre au siège du Mrc à Odza par Maurice Kamto, le président national du parti. Pour la même occasion, les membres du directoire national du parti ont initié une campagne baptisée « Libérez les prisonniers politiques ». Cette opération s’est déroulée au siège du parti à Odza. Le président national, Maurice Kamto, le premier vice-président du Mrc, Emmanuel Simh, le conseiller du président national, Biloa Effa et plusieurs cadres du parti ont pris part au lancement de cette campagne. Emmanuel Simh, vice-président national du Mrc affirme que : « Jeter des adversaires politiques en prison, en raison de leurs opinions et pour avoir exercé un droit constitutionnel, est un refus formel de la démocratie et une atteinte grossière aux droits et libertés fondamentaux. ».

Le 9 décembre 2021, six autres militants du Mrc interpellés dans le cadre des manifestations organisées par le parti de Maurice Kamto ont été libérés dans les mêmes circonstances. Me Hyppolite Meli, avocat au barreau du Cameroun affirme ne pas savoir sur quels critères le juge d’instruction se base pour libérer certains militants et maintenir d’autres en prison alors que ces personnes ont été interpellées dans le cadre des manifestations pacifiques organisées par le Mrc, dont l’objectif était d’exiger la fin de la « guerre » dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Selon Me Hyppolite Meli, 111 militants du Mrc sont toujours en détention dans les prisons de Douala, Yaoundé et Bafoussam.

Le 3 décembre 2021, Maurice Kamto, le président du Mrc a lancé un appel aux autorités judiciaires de libérer tous les militants du Mrc, afin qu’ils puissent passer les fêtes de fin d’année en famille. Il s’est exprimé au cours d’une conférence de presse tenue après sa séquestration par les autorités policières à Douala, où il s’est rendu le 2 décembre pour prendre part à la dédicace d’un ouvrage. Depuis plusieurs mois, Le Mrc exige la libération de toutes les personnes arrêtées dans le cadre des marches pacifiques du 22 septembre 2020 dans plusieurs localités du pays. 15 parmi ces militants interpellés été condamnés à des peines allant de deux à cinq ans d’emprisonnement ferme par le tribunal militaire de Yaoundé. Sur les 111 personnes encore en détention plus de 80 sont maintenus sans jugement.

Dans une déclaration faite en novembre 2021 à Strasbourg en France sur la situation des droits de l’homme au Cameroun, les députés européens ont dénoncé le jugement des opposants politiques par le tribunal militaire de Yaoundé.

P.N. / 237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page