Politique

Cameroun : Le Ministère des transports dresse son bilan 2019

C’était à l’occasion de la cérémonie de présentation officielle des vœux au patron de ce département ministériel.

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas au ministère des transports. En 2019, ce département ministériel a été placé dans l’orbite de la restructuration. Les performances réalisées par les services centraux et déconcentrés constituent un pas décisif pour le ministre des transports dans l’atteinte des objectifs à lui assignés par le Chef de l’Etat, Paul Biya.

Ainsi, s’agissant du développement et de la réhabilitation des infrastructures de transports, on cite avec insistance la restructuration de la Camair-Co. « Il convient de relever qu’en vue d’accroître l’offre des services aériens, la Compagnie nationale a élargi sa flotte avec l’acquisition, en leasing, d’un nouvel avion Bombardier de type Q400, portant le nombre total d’appareils à six (06). Nous notons que le plan de relance de CAMAIR-Co se poursuit, malgré les difficultés d’exploitation. Pour faire face à ces difficultés, le Gouvernement a mis à la disposition de son organe de gestion des financements lui permettant la location de nouveaux aéronefs et la formation des pilotes pour le renforcement des équipages » , a indiqué le Sg du ministère des transports.

Dans le même veine , on note au niveau de l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen , les travaux de réhabilitation des ascenseurs et des escaliers mécaniques du terminal passagers, la réhabilitation des convoyeurs à bagages et la rénovation des salons VIP, ainsi que les travaux spécifiques réalisés dans le cadre du processus de certification ; à l’aéroport international de Douala , la réhabilitation de la chaussée aéronautique, l’acquisition d’équipements et le lancement des travaux de modernisation, en vue de la certification . A l’aéroport international de Garoua, on a assisté durant l’année 2019 aux travaux de rénovation des salons du terminal passagers et au renouvellement des bandes d’enregistrement, l’installation d’un système de téléaffichage des vols ; et à l’aéroport de Bafoussam-Bamougoum , l’opinion a été marquée par la reconfiguration de l’aérogare, la réhabilitation du balisage lumineux et l’extension de la capacité de la zone de tri bagages. Aussi, « l’adhésion du Cameroun au Marché Unique pour le Transport Aérien en Afrique (MUTAA), sur le très haut accord du Chef de l’Etat, vise également à améliorer l’offre de service aérien », ont indiqué les responsables de ce département ministériel.

Dans le sous-secteur maritime, plusieurs réalisations majeures ont été notées en 2019 dont, la finalisation de la phase 1 des travaux de construction du Port en eau profonde de Kribi ;la création d’une instance de collaboration permanente entre le port de Kribi et le port de Douala, le transfert de l’essentiel du trafic du bois au port de Kribi en étant une illustration ;l’amorce des travaux de la phase 2 du port de Kribi, en vue de son extension ; la sélection d’un nouveau Concessionnaire pour le développement, l’exploitation et la maintenance du terminal polyvalent. « Dans le cadre de la modernisation du port de Douala, en vue de le rendre plus compétitif, nous relevons : la construction, en cours, des quais 51 et 52 ; le dragage des pieds de quai, des darses et des plans d’eau ; la construction des voiries portuaires. Dans le même ordre d’idées de modernisation, il a été procédé à la réfection du sous-quartier maritime, fluvial et lacustre de Campo. Les actions ainsi menées ont permis d’améliorer sensiblement certains indicateurs de compétitivité de nos ports, notamment : l’évolution de la jauge brute des navires de grande capacité et la réduction du délai moyen de passage des conteneurs au Terminal à conteneurs », a noté le Sg , le visage visiblement décontracté.

Transports routiers

Les réalisations de ce secteurs portent essentiellement sur l’intensification des actions de sensibilisation, de l’éducation et de la formation des usagers de la route, l’accompagnement et le suivi des activités des professionnels du secteur des transports routiers, ainsi que les réformes engagées dans le circuit de production des différents titres de transports.
S’agissant de l’intensification des actions de sensibilisation, de l’éducation et de la formation des usagers de la route, il a été procédé entre autres à l’évaluation et la mise en place d’un nouveau plan médiatique de prévention et de sécurité routières ; l’intégration des modules de prévention et de sécurité routières, ainsi que la production et la mise à disposition de 20 000 copies de la version du Code de la Route illustré et imagé, en langage facile, dans des établissements scolaires ; la formation de 3022 pairs éducateurs et pairs sensibilisateurs aux gestes de premier secours en cas d’accident de routier; la création de 100 clubs de prévention et de sécurité routières dans des établissements scolaires, portant ainsi à 500, le total de clubs créés sur l’ensemble du territoire national; la production et la distribution d’environ 1 200 000 dépliants dans des établissements scolaires, des gares routières et des zones à forte récurrence d’accidents ; la restructuration et le renforcement des capacités opérationnelles de 315 Officiers de Police Judiciaire à compétence spéciales (OPJs) sur l’ensemble du territoire national et la diffusion de 96 différents messages de prévention et sécurité routières, à travers la téléphonie mobile.

En ce qui concerne l’accompagnement et le suivi des activités des professionnels du secteur des transports routiers, le bilan fait état de: 82 nouvelles autorisations d’ouverture de terminaux de transport routier interurbain de voyageurs, signées ;150 compagnies de transport routier interurbain de personnes, déclarées conformes aux normes et aux standards des compagnies de référence ;85 compagnies clandestines, suspendues ; 1500 conducteurs professionnels recyclés et déclarés aptes à la conduite automobile;86 nouvelles auto-écoles créées, portant ainsi à 731 le nombre total d’auto-écoles fonctionnelles, nécessaires pour satisfaire la demande ‘sans cesse croissance’ de formation ; 3647 moto-taximen formés et recyclés, parmi lesquels 2780 ont subi avec succès l’examen du permis de conduire de catégorie ‘‘A’’, au cours des campagnes spéciales de formation et de recyclage, suivies de sessions spéciales d’examen, organisées sur l’ensemble du territoire national.

« La réforme du circuit d’obtention et de délivrance du permis de conduire a permis d’inscrire 123 247 candidats en ligne, parmi lesquels 92 959 ont été déclarés admis à l’examen,11 949 candidats déclarés échoués, et 12 788 candidats déclarés absents, contre, respectivement, 102 581 candidats inscris, 72 581candidats admis, 7 603 candidats échoués et 9823 candidats absents en 2018, soit une progression globale en valeur relative de 20%. Il apparaît ainsi que désormais seules les personnes qualifiées, ayant subi une formation appropriée à la conduite automobile, et détentrices d’un permis de conduire authentique, sont autorisées à conduire un véhicule automobile. Dans le domaine de la visite technique automobile, la réforme du système de sécurisation du contrôle technique et de délivrance des vignettes de visite technique a été initiée. Elle vise à éliminer au maximum l’intervention de l’homme dans le processus du contrôle technique et la délivrance de la vignette de visite technique, afin de lutter contre l’émission frauduleuse, la contrefaçon et le trafic des vignettes de visite technique automobile » , a dévoilé le patron administratif du Mint. Toujours dans le cadre des réformes, on a noté des avancées notables dans la mise en place du projet d’interconnexion du système ‘SSDT’ du Ministère des Transports aux systèmes ‘NEXUS’ de la Douane et ‘FISCALIS’ des Impôts, en prélude au lancement des nouveaux supports de cartes grises centralisées.

Au rang des activités spéciales, le ministère des transports cite : l’opérationnalisation des radars fixes de contrôle de vitesse le long de la route nationale no3, suivie de l’acquisition et de la mise en service effective des radars semi-portatifs de dernière génération, pour le renforcement des capacités opérationnelles des équipes de la prévention et de la sécurité routières, dont le bilan annuel fait état de 12541 cas d’excès de vitesse constatés; la réalisation de 475 descentes opérationnelles des équipes de la Brigade de Prévention et de Sécurité routières, ponctuées par 3761 interpellations, 134 sanctions administratives parmi lesquelles 46 suspensions de licence ordinaire de transport public, 77 suspensions de permis de conduire et 11 retraits de permis de conduire ; la systématisation des opérations d’enlèvement des obstacles et des véhicules mal garés ou en panne sur les axes routiers, opération qui a permis l’enlèvement 817 obstacles sur les routes nationales, réduisant ainsi le nombre potentiel d’accidents susceptibles d’être causés par lesdits obstacles; la réalisation d’un audit de la signalisation routière sur l’ensemble du territoire national, dont les conclusions ont permis de déterminer, sur certains axes routiers, les points noirs identifiés comme accidentogènes … Les sous-secteurs ferroviaire , aérien et maritime ont également connu un développement exponentiel grâce à l’entremise du top management.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer