Cameroun : Le MINAT met en garde les politiciens de l’opposition semant le chaos avant la présidentielle de 2025

Atanga Nji

Dans un communiqué musclé, le Ministre de l’Administration Territoriale rappelle à l’ordre certains acteurs politiques de l’opposition qui multiplient les dérives graves et les propos anti-républicains. Le MINAT prévient que la loi sera appliquée dans toute sa rigueur.

Le Ministre de l’Administration Territoriale Paul Atanga Nji a publié ce mardi un communiqué radio-presse pour tirer la sonnette d’alarme sur « les dérives graves de certains acteurs politiques de l’opposition en quête de notoriété ». Selon le MINAT, ces opposants occupent depuis quelques temps « l’espace médiatique et les réseaux sociaux pour diffuser des messages tendancieux et anti-républicains dans le but de troubler l’ordre public, discréditer l’État et provoquer des remous sociaux à des fins égoïstes« .

Un député multirécidiviste dans le viseur

Sans le nommer explicitement, le communiqué vise clairement un certain « député aux abois, exclu récemment d’un parti politique », qui « tient régulièrement des propos désobligeants à l’endroit du Président de la République ». Le MINAT rappelle que « l’outrage au Président de la République est réprimé par le Code pénal » et met en garde ce parlementaire avant qu’il ne soit « trop tard pour ce député multirécidiviste ».

Le ministre Paul Atanga Nji souligne aussi que « la qualité de député ou de dirigeant de parti politique n’est pas un passe-droit pour défier impunément l’autorité de l’État, inciter à la rébellion et menacer de mettre le pays à feu et à sang lors de l’élection présidentielle de 2025 si des intérêts égoïstes et partisans ne sont pas satisfaits ».

Seuls les sous-préfets peuvent autoriser les activités politiques

Par ailleurs, le MINAT a tenu à rappeler la procédure en vigueur concernant l’organisation des activités politiques sur le territoire : « Seuls les Sous-préfets, qui travaillent sous l’encadrement des Préfets et la coordination des Gouverneurs de Région, sont habilités à autoriser la tenue des activités politiques (congrès, meetings, réunions) dans leurs unités de commandement respectives.« 

Le communiqué cite l’exemple du parti au pouvoir, le RDPC, dont « vingt-six (26) meetings politiques n’ont pas reçu l’autorisation des autorités administratives pour diverses raisons » depuis début 2024, à Maroua Ier, Bangangté, Sangmélima, Dschang ou encore Tonga. « Dans chaque cas, les responsables locaux du RDPC se sont toujours pliés à la décision de l’autorité administrative qui apprécie mieux le climat social et les risques éventuels de trouble à l’ordre public », note le MINAT.

« La présidentielle de 2025 se tiendra dans le calme« 

Face aux acteurs politiques de l’opposition qui « brandissent l’épouvantail du chaos lors de l’élection présidentielle de 2025 », le ministre de l’Administration territoriale se veut rassurant : « Ce scrutin se tiendra dans le calme, la sérénité et sans perturbation comme en 2011 et 2018. Bien plus, les textes qui encadrent le processus électoral seront scrupuleusement respectés. »

Le MINAT prévient que « tous les leviers de la loi n°90/056 du 19 décembre 1990 régissant les partis politiques, notamment les dispositions pertinentes des articles 17, 18, 19 et 20 seront appliquées à la lettre » et que les « auteurs des comportements anti-républicains et conspirationnistes feront face à la rigueur de la loi« . « Aucun écart de comportement ne sera toléré », martèle Paul Atanga Nji.

Le communiqué se conclut sur un rappel à l’ordre : « Les leaders des partis politiques s’adressent à leurs militants et sympathisants, tandis que Seul le Chef de l’État qui incarne les institutions de la République, est habilité à s’adresser au Peuple selon la formule consacrée : Camerounais, Camerounaises, mes chers compatriotes« . Une mise en garde on ne peut plus claire aux opposants qui seraient tentés de jouer avec le feu à l’approche de l’échéance cruciale de 2025.

Par Charles Nana Nguefack pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *