CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
12592
Actifs
2179
Guéris
10100
Décès
313
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 29 juin 2020
Afrique

Cameroun – Guinée-Equatoriale : Le mur de la honte

Vu le mur qu’a prévu de construire la Guinée-Equatoriale pour limiter les entrées des camerounais dans ce pays, l’on se demande si l’intégration sous-régionale est effective.

Une décision prise par la Guinée-Equatoriale fait couler beaucoup d’encres et de salives : la construction d’une barrière en béton armé tout au long de sa frontière avec le Cameroun. « On pourrait qualifier ce mur le mur de la honte. Ce serait totalement incompréhensible. Ça veut dire que l’Afrique aurait fait un recul d’au moins 100 ans en arrière par rapport à nos valeurs africaines ou il n’y’avait aucune barrière entre les peuples », pense un citoyen camerounais vivant non loin de la frontière que partage les deux pays, qui ajoute : « Que ce soit au Cameroun ou en Guinée, les familles se chevauchent. On a des cousins de l’autre côté. Et eux, ils ont des cousins ici. Comment les gens vont faire quand on va mettre le mur ».

De l’avis de ce citoyen camerounais, l’intégration sous-régionale est inexistante en Afrique Centrale : « Ils ne sont pas prêt à l’intégration qu’on prône tant. On a même cru à un moment qu’elle était effective mais on a l’impression que cette intégration n’est que qu’une façade. Ce n’est que sur du papier », renchérit-il.

De mémoire, les chefs d’Etats de la Cemac avaient signé, en début 2015, l’effectivité de la libre circulation des biens et des personnes dans la sous-région. Malheureusement, rien n’est fait sur le terrain. Contrairement à l’Afrique de l’Ouest, la libre circulation quasi inexistante en Afrique Centrale. Cette question reste encore une équation à multiples inconnus en Afrique Centrale.

Rappelons que les deux nations d’Afrique Centrale partagent une frontière terrestre de 189 km avec une population environnante de plus de 8 milles habitants. En cas de construction dudit mur, les échanges économiques entre le Cameroun et La Guinée-Equatoriale seront très certainement affectées négativement. A coup sûr, les premières victimes seront les commerçants et les populations de cette zone frontalière. « C’est un grand point de ravitaillement des camerounais en Guinée et des guinéens au Cameroun. Cette barrière fera que cette population souffre énormément », explique un autre habitant proche de la frontière.

Le pays de Teodoro Obiang Nguema (président équato-guinéen) prend cette décision alors que lors de la dernière audience entre l’émissaire équatoguinéen et le président SE Paul Biya, l’intégration sous-régionale était au cœur des échanges. Construire un mur pour séparer deux Etats fait-elle partie de l’intégration nationale ? Telle est la question que l’on se pose.

Afficher plus

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer