Cameroun : Garantir une année scolaire sans corruption à Bertoua

La ville de Bertoua

Une campagne a été lancée le 23 août dernier à Bertoua, dans la région de l’Est. Elle va s’étendre dans les dix régions du triangle national. L’objectif de sensibiliser tous les acteurs du système éducatif.

La commission nationale anti-corruption (Conac) a lancé officiellement à Bertoua le 23 Août 2022 la campagne nationale dénommée « Rentrée scolaire 2022-2023 sans corruption ». D’après les statistiques de la Conac, il en ressort que l’intensité de la corruption dans le secteur éducatif se présente ainsi qu’il suit : 6,4/10 pour l’Education de base ; 7,5 /10 pour les Enseignements secondaires ; 7,8 /10 pour l’Enseignement supérieur et 7,57 /10 pour la Formation professionnelle, soit une moyenne de 7,3/10. Ces chiffres font du secteur éducatif l’un des domaines où le niveau de la corruption est le plus élevé. Cette situation se traduit par plusieurs pratiques notamment : le monnayage des notes, le harcèlement sexuel, la vente des épreuves, les fausses certifications, la falsification et la réduction des âges, le trafic d’influence, la tricherie, la mauvaise gestion des frais d’Apee, le détournement des biens des établissements scolaires, la présence des établissements clandestins.

Cela est d’autant plus préoccupant qu’il s’agit d’un secteur aussi stratégique et vital qu’est l’éducation. «A partir des enseignements que nous avons reçu du président de la Conac, nous allons continuer, nous formons les premiers enfants du Cameroun à la base, nous avons donc l’obligation d’être actifs », fait savoir Roger Etele Bono, le représentant du délégué régional du ministère de l’Education de Base de l’Est. Simplice Herman Bejabo Malapa, le délégué régional des Enseignements secondaires de l’Est ajoute : « Pour nous, c’est le renouvellement d’une action que nous menons chaque année nous attendons déjà la sectorielle de rentrée qui aura lieu la semaine prochaine pour en parler à tous les chefs d’établissements ainsi qu’à la communauté éducative ».

La caravane qui a été lancée à Bertoua par le président de la Conac et le gouverneur de la région de l’Est va sillonner les dix régions du pays afin d’éviter aux parents d’être victimes des frasques de la corruption et surtout l’année scolaire qui s’annonce ne connaisse pas de faux pas. « Nous commençons d’abord la phase de sensibilisation puis, nous allons passer à la phase répressive. L’éducation est un maillon fondamental et capital pour une nation », indique Dieudonné Massi Gams, le président de la Conac.

Charles Mahop / 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *