Cameroun - Élections 2018 : Des kits électoraux n’ont pas fonctionné - 237online.com
Politique

Cameroun – Élections 2018 : Des kits électoraux n’ont pas fonctionné

Elecam veut se corriger en 2019 pour éliminer les doublons sur les listes électorales et favoriser une forte participation des électeurs.

Tout n’a pas bien marché en 2018 lors des élections sénatoriales du 25 mars puis de la présidentielle du 7 octobre. L’aveu est du président du Conseil
électoral d’Elecam, Enow Abrams Egbe. Vendredi dernier, 15 mars 2019, alors que s’ouvraient les travaux de la première session ordinaire du conseil électoral, il est revenu sur les difficultés rencontrées par l’organe en charge de l’organisation des scrutins au Cameroun. Enow Abrams Egbe a cité les « dysfonctionnements » des kits biométriques destinés à l’enrôlement des électeurs. Du coup, il y a eu des doublons sur les listes électorales. Le président du Conseil électoral assure qu’il a effectué une mission en Allemagne en compagnie du directeur général des élections, Erik Essousse, et de plusieurs techniciens d’Elecam. Des accords ont été passés avec le partenaire biométrique afin d’améliorer le fonctionnement du matériel électoral. Les nouveaux kits sont déjà utilisés sur le terrain depuis la relance des inscriptions le 2 janvier dernier.

Plusieurs mesures sont annoncées pour atteindre en 2019 l’objectif de 10 millions d’inscrits sur les listes électorales, sachant qu’Elecam stagne à
quelque 6,5 millions. Au-delà des inscriptions, il faut créer des facilités pour que le maximum de personnes puisse voter le jour du scrutin. Enow
Abrams Egbe a rappelé que « l’un des indicateurs clé d’une bonne performance électorale demeure le fort taux de participation. » Pourtant, il est à déplorer que plusieurs électeurs n’avaient pas leurs noms sur les listes lors de la présidentielle. Sans compter qu’aucune solution n’avait été trouvée pour le vote des personnes déplacées et des refugiés inscrits dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais qui ne vivaient plus dans ces deux régions le jour du scrutin.

Le Sdf avait demandé en vain que ces électeurs puissent voter là où ils se trouvent. Pour relever ses défis, Elecam veut renforcer le partenariat avec les autres acteurs impliqués dans le processus électoral, notamment les partis politiques. Dans la ligne de mire 2019, il y a les élections régionales, législatives et municipales.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer