Société

Cameroun – Douala : Un an de prison pour outrage au chef de l’Etat

Le jeune Bonda Itembe a vu sa peine de douze mois de prison ferme confirmée, tandis que ses deux coaccusés ont été relaxés. Ils avaient dénoncé dans une vidéo le détournement des fonds Covid-19.

Il était environ 14 heures, le 18 janvier 2022, lorsque les portes de la prison centrale de Douala, au quartier New-Bell, se sont ouvertes pour laisser sortir deux jeunes camerounais, condamnés l’année dernière par le Tribunal de première instance de Mbanga, pour outrage au chef de l’Etat et outrage à corps constitué. Flavy Wouwe et André Boris Wameni, puisqu’il s’agit d’eux, ont recouvré leur liberté en présence de leur conseil, maître Fabien Kengne, qui a remporté la bataille de la relaxation de deux jeunes de toutes les charges. La sortie de prison des deux anciens employés d’une société sous-traitante de Plantations du Haut-Penja (PHP), fait suite à l’arrêt rendu le 13 janvier dernier par la Cour d’Appel du Littoral, annulant la décision rendue en première instance contre les deux détenus. Ils avaient été condamnés par le Tpi de Mbanga à la peine de douze mois d’emprisonnement ferme, après avoir été reconnus coupables des chefs d’accusation ci-dessus.

La satisfaction de leur conseil est d’autant plus mitigée que le troisième mis en cause, Bonda Itembe, quant à lui, demeure derrière les barreaux. Sa peine de douze mois de prison infligée par le tribunal de première instance de Mbanga a été confirmée par la Cour. « Je suis content, sauf le cas de Bonda Itembe qu’on a encore dans la conscience. Nulle part, vous n’avez entendu sa voix, ni aperçu son image (dans la vidéo). Ce garçon a dit à la Cour d’Appel, qu’il aurait appris qu’on a détourné la somme de 180 milliards de francs cfa (fonds de lutte contre le Covid-19, ndlr). Et lui, qui ne parvenait pas à manger un beignet avant d’aller au champ, il s’est mis en colère. Nulle part, on ne voyait son image dans la vidéo. La personne qui a fait la vidéo, on ne l’a jamais vue », a affirmé l’avocat.

Par ailleurs, l’amende de 500 000 francs cfa infligée à Bonda Itembe en instance, a été annulée. Le condamné devra néanmoins payer des frais de justice arrêtés à la somme de 58 000 francs cfa. Domiciliés dans l’arrondissement de Njombe-Penja, au moment des faits, les trois jeunes Camerounais étaient employés à Human Ressources Solutions Cameroon (Hrsc), une société sous-traitante de la société agroalimentaire Plantations du Haut Penja (Php). En juin 2021, ils avaient dénoncé à travers une vidéo, les détournements massifs des fonds alloués au Cameroun par les bailleurs de fonds internationaux, dans le cadre de la lutte contre le Covid 19. Détournements imputés alors aux membres du gouvernement camerounais, dans un contexte où la pandémie faisait des ravages dans le monde, aussi bien en termes de bilan des décès que sur le plan économique. D’où l’interpellation du chef de l’Etat par ces jeunes.

Théodore Tchopa / 237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page