Politique

Cameroun: Dispositif sécuritaire renforcé pour les Élections 2020

Cette prescription majeure du président de la République majeure était au centre de la première conférence semestrielle des gouverneurs de régions, tenue les 13 et 14 janvier 2020 à Yaoundé et présidée par le ministre de l’Administration territoriale Paul Atanga Nji.

En raison du climat sécuritaire délétère dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, les élections législatives et municipales du 9 février 2020 vont se dérouler dans un climat particulier. Conscient de cela, le gouvernement entend mettre en place un dispositif spécial pour assurer un bon déroulement du scrutin sur l’ensemble du territoire.

C’est dans cet environnement que le ministre de l’Administration territoriale Paul Atanga Nji a ouvert, sur hautes instructions du président de la République, les travaux de la première conférence semestrielle des gouverneurs de régions le 13 janvier dernier à Yaoundé. C’était en cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence du secrétaire d’Etat à la Défense chargé de la gendarmerie nationale, Galax Etoga et du délégué général à la Sûreté nationale, Martin Mbarga Nguélé. Au cours du huis clos qui s’en est suivi, ces deux personnalités ont fait un exposé sur la situation sécuritaire à travers le triangle national.

Lire aussi
Cameroun - Scandale : Duval Lebel Ebale s’agenouille devant Régine Amougou Noma

Comme d’ailleurs toutes les forces de défense nationales du Cameroun, la gendarmerie nationale pour sa part a déjà dépêché un renfort de 700 hommes dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest afin de permettre aux populations de remplir leur devoir civique en toute sérénité le moment venu. En effet, le président de la République a prescrit de faire le point des mesures prises ou envisagées en vue de permettre un encadrement sécuritaire optimal du double scrutin législatif et municipal du 09 février prochain. Et la président de la République le réaffirmait déjà fort à propos le 31 décembre 2019 lors don discours à la Nation : « Des dispositions sécuritaires ont été prises pour que, sur toute l’étendue du territoire, tous nos concitoyens puissent exercer leur droit de vote. Si cela s’avère nécessaire, elles seront davantage renforcées. »

Pour sa part, en sa qualité d’agent du gouvernement du processus électoral, le ministre de l’Administration territoriale, à travers les autorités administratives, va accorder à ELECAM l’encadrement sécuritaire nécessaire pour le double scrutin du 09 février 2020. Face à ceux qui prêchent le boycott des élections, le ministre de l’Administration territoriale, estime que « les élections consolident le processus démocratique et de l’Etat de droit. Boycotter une élection, c’est lutter contre le développement, c’est afficher un comportement anti-constitutionnel et anti-républicain ». Il prévient les fauteurs de trouble que les « comportements rétrogrades et obscurantistes » trouveront sur leur passage « les muscles de l’Etat ».
Bien plus, « toute velléité de désordre venant de quiconque indépendamment de son statut social, sera traitée avec fermeté et conformément aux lois de la République ».

Lire aussi
Cameroun - Législatives 2020 : deux ministres veulent devenir députés

Atanga Nji rappelle par ailleurs que les élections permettent au citoyen de participer à la construction du pays et à l’édification de notre destin commun. Et sur le terrain, il apparait que l’immense majorité des Camerounais répondra à l’appel lancé le président Paul Biya et prendra massivement part au double scrutin du 9 février 2020.

Abraham Ndjana

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer