Cameroun : Clash Eto’o-Brys, les Lions Indomptables dans la tourmente

Samuel Brys

Ambiance électrique à la Fécafoot ! La rencontre tant attendue entre Samuel Eto’o, le président de la Fédération, et Marc Brys, le sélectionneur des Lions, a viré au fiasco. Menaces, invectives, portes claquées… Récit d’une matinée sous haute tension qui plonge le football camerounais dans la crise à dix jours d’un match crucial.

C’est une scène surréaliste qui s’est jouée ce dimanche matin au siège de la Fédération Camerounaise de Football (Fécafoot). Comme l’a suivi en direct votre média 237online.com, la rencontre censée apaiser les tensions entre Samuel Eto’o, le bouillant président de l’instance, et Marc Brys, le sélectionneur national nommé dans la douleur, a accouché d’un clash d’anthologie. Récit d’une matinée folle qui laisse craindre le pire pour la tanière à J-10 du choc contre le Cap-Vert, en éliminatoires de la Coupe du Monde 2026.

Acte 1 : Brys débarque, Tollo bloqué

8h15, le décor est planté. Marc Brys et son adjoint Joachim Mununga débarquent au portail de la Fécafoot, escortés par deux véhicules. Mais seul le sélectionneur est autorisé à entrer, sous l’œil intransigeant d’Etienne Tamo, le chef du protocole d’Eto’o. Cyrille Tollo, le conseiller technique n°2 du ministère des Sports venu avec l’Inspecteur Général Michel Dissake Mbarga, se voit refouler sans ménagement. « Je suis envoyé par le ministre ! » tempête-t-il. « Sur la note de nomination, vous n’êtes rien« , rétorque Tamo. Le ton est donné.

Acte 2 : Eto’o entre en scène, Tollo expulsé

À peine arrivé, Samuel Eto’o prend les choses en main. Il ordonne qu’on fasse entrer tout le monde, Cyrille Tollo compris. Mais sitôt dans la salle de conférence, le ton monte entre le président et l’émissaire du ministère. « Ici, vous n’avez pas la parole ! », tonne Eto’o, demandant à ses hommes de « mettre dehors » Tollo. « Je vous interdis d’élever la voix ! », réplique ce dernier avant de prendre la porte. Ambiance…

Acte 3 : Face-à-face tendu Eto’o-Brys

Place au plat de résistance. Dans une atmosphère électrique, Samuel Eto’o et Marc Brys se font face pour un échange d’une rare intensité. « Vous n’êtes pas entraîneur parce que quelqu’un d’autre vous a nommé », assène Eto’o, rappelant au Belge qu’il doit son poste à la Fécafoot. « Depuis deux mois que je suis là, vous étiez où ? », rétorque Brys. Le président menace : « Si vous traversez, vous ne reviendrez plus ». Avant de lâcher, furieux : « Directeur, convoquez mon Comité Exécutif ! ». Rideau.

Les raisons d’un clash

Mais que s’est-il passé pour en arriver là ? Selon nos informations, ce psychodrame est l’épilogue de semaines de bras de fer entre la Fécafoot et le ministère des Sports sur le contrôle des Lions. En cause, la nomination de Marc Brys par le ministre Narcisse Mouelle Kombi sur « très hautes instructions » présidentielles, vécue comme une ingérence inacceptable par Eto’o. Depuis, les divergences s’accumulent, des listes de joueurs à la composition du staff, sur fond de défiance et de coups bas. Jusqu’à ce clash où tous les non-dits ont éclaté.

Un staff coupé en deux

Résultat, à dix jours d’affronter le Cap-Vert dans un match crucial pour la qualification au Mondial, l’équipe nationale est plus que jamais divisée. D’un côté, Brys et ses adjoints nommés par le ministère, de l’autre le staff voulu par Eto’o. Deux camps qui ne se parlent plus et se disputent la légitimité à diriger les Lions. Un bras de fer qui crée un climat délétère et plonge les joueurs dans le doute au pire moment. De quoi inquiéter plus d’un supporteur…

Biya, seul recours ?

« Il n’y a qu’un seul staff qui existe, c’est celui de M. Brys nommé par le chef de l’État », a martelé Cyrille Tollo à sa sortie. Une référence directe à Paul Biya, présenté comme le dernier rempart face aux velléités hégémoniques de la Fécafoot. Signe que seule une intervention du sommet de l’État semble désormais en mesure de trancher ce nœud gordien. Mais le temps presse et les dégâts sont peut-être déjà irréparables. Sauf miracle, c’est bien une sélection en lambeaux et un football camerounais au bord de l’implosion qui s’apprêtent à défier le destin le 8 juin prochain. Triste…

Article rédigé par Thierry Mballe pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *