Economie

Cameroun: BRASAF, Le nouveau-né des brasseries arrive sur le marché

Les nouvelles bières seront emballées dans des bouteilles plastiques.

Le milliardaire Samuel Foyou, déjà propriétaire d’une distillerie (FERMENCAM) et bien d’autres entreprises (PLASTICAM, Moore Paragon, SOTRASEL, UNALOR, etc.), a choisi la période des fêtes de fin d’année pour lancer les activités de la nouvelle unité brassicole qu’il a mis sur pied et qui porte son nom. Brasserie Samuel Foyou (BRASAF), en gestation depuis des années dans la banlieue de la capitale économique Douala, sera sur le marché des boissons alcoolisées, et gazeuse, dès ce mois de décembre.

S’il est question de profiter au mieux de l’effervescence des fêtes de fin d’année, le promoteur entend apporter une innovation majeure dans l’emballage de la bière en Afrique. En lieu et place des bouteilles de verre ou des canettes, Brasaf devrait emballer ses produits dans une sorte de plastique (PET) adapté aux besoins de la cause. Une première au Cameroun et en Afrique subsaharienne. BRASAF s’inscrit ainsi dans la lignée des géants tels que Heineken, qui en 2000 innovait dans le domaine avec un conditionnement plastique pour la 33 Export.

Lire aussi
Cameroun - Arnaque financière: Africa’lif fait plus de 1 000 victimes à Douala

Selon nos sources, les PET de cette entreprise, pour le conditionnement aussi bien de la bière que des boissons gazeuses, auront une contenance d’un litre. L’opérateur économique aurait même investi dans une unité de recyclage interne, pour être tout à fait en règle avec la loi imposant aux entreprises produisant des emballages en plastique de prendre toutes les dispositions pour les collecter et les recycler.

En fin de compte, BRASAF qui a accusé environ 2 ans de retard dans la livraison de son usine, se prépare à pénétrer le marché camerounais avec des prix aux consommateurs hautement compétitifs. Question de pouvoir rapidement écouler ses stocks, et surtout se faire une place aux côtés des mastodontes tels que le groupe SABC, leader du marché, Guinness Cameroun, ou encore l’Union camerounaise des brasseries (UCB). Bon vent à cette nouvelle industrie qui certainement donnera du travail à des milliers de camerounais.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page