Cameroun : Biya et Ngoh Ngoh convoqués au tribunal, coup de maître du FCC !

Biya et ngoh ngoh

C’est un véritable coup de tonnerre qui vient de s’abattre sur la présidence de la République du Cameroun. Selon des informations exclusives obtenues par 237online.com, le président Paul Biya et son tout-puissant secrétaire général Ferdinand Ngoh Ngoh viennent de recevoir leurs convocations pour comparaître devant le Tribunal de Grande Instance de Yaoundé. À l’origine de cette action judiciaire retentissante, le député de l’opposition Jean-Michel Nintcheu, fondateur du Front pour le Changement du Cameroun (FCC) et allié politique de Maurice Kamto.

Cumul de fonctions et usurpation, des accusations explosives

Les charges retenues contre les deux hommes forts du régime sont particulièrement lourdes. Paul Biya est ainsi poursuivi pour « cumul de fonctions », tandis que Ferdinand Ngoh Ngoh devra répondre d' »usurpation de fonction« . Des accusations explosives, qui viennent mettre en lumière les dysfonctionnements et les dérives d’un système de gouvernance maintes fois décrié par l’opposition et la société civile. Si ces accusations venaient à être prouvées, c’est tout l’édifice du pouvoir camerounais qui pourrait vaciller sur ses bases.

Un véritable jeu du chat et de la souris judiciaire

Mais pour en arriver là, les avocats du FCC et de Jean-Michel Nintcheu ont dû se livrer à un véritable jeu du chat et de la souris avec la présidence de la République. Pendant plusieurs semaines, Me Hippolyte Meli, l’avocat en charge du dossier, a tenté en vain de faire délivrer les convocations au palais d’Etoudi. À chaque tentative, le service du courrier présidentiel a refusé de décharger les précieux documents, bloquant ainsi la procédure judiciaire. Un véritable déni de justice, dénoncé avec force par les plaignants.

DHL, le facteur surprise de l’affaire

C’était sans compter sur l’ingéniosité des stratèges du FCC. Dans un coup de maître inattendu, ces derniers ont en effet décidé de faire appel à DHL, le géant mondial de la livraison de courrier, pour délivrer les fameuses convocations. Et le stratagème a fonctionné au-delà de toutes les espérances ! Sans se douter un instant de la nature des documents qu’ils avaient entre les mains, les agents du service courrier de la présidence ont en effet déchargé les plis, ouvrant ainsi la voie à la suite de la procédure.

Rendez-vous le 23 mai, Biya et Ngoh Ngoh attendus de pied ferme

Désormais, la machine judiciaire est en marche, et plus rien ne semble pouvoir l’arrêter. La prochaine audience du procès a été fixée au 23 mai 2024, et c’est peu dire que Paul Biya et Ferdinand Ngoh Ngoh y sont attendus de pied ferme. Contraints et forcés de venir s’expliquer devant la justice de leur pays, les deux dirigeants se retrouvent ainsi face à leurs responsabilités, et devront répondre point par point aux graves accusations portées contre eux.

Un procès historique pour le Cameroun

Au-delà des enjeux politiques et judiciaires de l’affaire, c’est un véritable procès historique qui s’annonce pour le Cameroun. Jamais encore un président en exercice et son bras droit n’avaient été ainsi traduits en justice dans le pays. Une situation inédite, qui témoigne de la détermination de l’opposition à faire bouger les lignes d’un système sclérosé. Quels que soient les rebondissements à venir, une chose est sûre : le Cameroun vit des heures décisives, dont l’issue pourrait bien déterminer son avenir politique.

Par Stéphanie Tobia pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *