CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
5659
Actifs
2033
Guéris
3441
Décès
185
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 30 mai 2020
Société

Cameroun – Babadjou: Les populations s’organisent contre les incursions sécessionnistes

L’assaut sanglant des mercenaires séparatistes de l’Etat virtuel d’ambazonie dans l’arrondissement de Galim, département des Bamboutos, en date du 7 mars 2020, oblige les forces vives de la circonscription administrative de Babadjou du même département et limitrophe du Noso, à être pro actifs.

L’attaque-surprise des terroristes ambazoniens en provenance des localités du Nord-Ouest, sur et dans les locaux de la brigade de gendarmerie et du poste de police de Galim dans le département des Bamboutos au moyen des armes d’assaut (Falks, Kalachnikovs, Falots) dans la nuit du 7 mars 2020, aux environs de 19 h 3O, a laissé sur le carreau : 2 gendarmettes, 2 policiers, 4 civils et des blessés dans le cadre des dégâts collatéraux . Des pans de murs, par l’occasion, ont été manifestement endommagés. Cet assaut sanglant, de sources, doit interpeler la tutelle à Babadjou, limitrophe du Noso et qui partage avec ces régions dites anglophones, une longue frontière poreuse.Les décideurs doivent éviter toutes impréparations par rapport à la montée des incursions sécessionnistes et renforcer la vigilance dans les agglomérations de la région de l’Ouest, limitrophes du Noso, comme celle de Babadjou.

Car si rien n’est fait, il faudrait s’attendre à une gageure des ambazoniens déjà aguerris qui cherchent par tous les moyens à déstabiliser tout le pays. Pour en faire, ni plus, ni moins, une forteresse à partir de laquelle ils peuvent entraver le processus normal de retour à la paix, sans concession, ni corruption. « C’est dire qu’au lieu de battre le rappel des troupes lorsque les attaques ont déjà eu lieu, comme l’on a constaté à Galim avec le détachement des forces de défense, comme l’a déclaré le préfet des Bamboutos, Ernest Ewango, dans la localité de Menfoung, passage obligé, habituellement, emprunté par les rebelles séparatistes pour renter dans Galim, après l’assaut du 7 mars dernier, mieux vaut le faire avant. De façon préventive pour éviter ces incursions qui endeuillent les familles et étendent la sphère d’influence des séparatistes. Cela va sans dire que nous devons être pro actifs, il y va de notre survie, » déclarent, nos sources.

Lire aussi
Cameroun - Galim: 5 morts et 2 blessés dans une attaque sécessionniste

Le sous-préfet de l’arrondissement de Babadjou, Clément Ndongo, réconforte : « Nous nous appuyons beaucoup plus sur les comités de vigilance qui ont pignon sur rue dans les villages. Ils sont prêts à signaler toutes personnes suspectes auprès des forces de gendarmerie, malgré l’effectif amoindri ; du Groupement polyvalent d’intervention de la gendarmerie nationale (Gpign) basé dans la localité de Zavion, frontalière de Santa dans le Nord-Ouest. C’est dire que si une situation qui prête à confusion se présente, le Sous-préfet, le commandant de brigade de gendarmerie et le chef du détachement du Gpign seront saisis pour une intervention rapide. » Et d’ajouter : «Le déferlement des populations voisines des régions dites anglophones dans notre localité, ne nous laisse pas indifférent.Ici, ces déplacés sont aussi surveillés. Car les terroristes peuvent aussi s’infiltrer parmi eux pour commettre des exactions. Voilà des mesures prises localement pour éviter d’éventuelles attaques. Tout compte fait, Dieu est au contrôle. »

Création d’un poste de police

Par ailleurs, dans les rangs de l’opinion, des intelligences sincères donnent de la voix pour réclamer des pouvoirs publics la création, à Babadjou, d’un poste de police nécessaire pour les renseignements ; la sécurisation par les forces de défensede la localité de Djibouti, porte d’entrée pour les populations en provenance du Sud-Ouest. Et le fonctionnement effectif du Centre d’entrainement et d’aguerrissement en zone montagneuse (Ceam) dont le budget d’investissement public de 2020 prévoit une enveloppe financière d’un montant de 75 millions Fcfa pour sa viabilisation. « Il n’est pas exclu que les instructeurs militaires de ce Centre ne viennent en renfort à nos forces de défense pour la sécurisation de l’arrondissement, » confie, une source militaire. Une notabilité laisse entendre, somme toute, que les populations de Babadjou doivent rester pacifiques, c’est-à-dire, éviter toutes provocations à l’égard des voisins du Noso quand l’on sait que la plupart des commerçants en provenance de ces régions dites anglophones sont souvent hostiles au payement des impôts locaux dans « nos »marchés périodiques. « Nous procédons toujours par leur sensibilisation afin qu’ils s’acquittent de leurs charges fiscales, » déclare, un agent communal de recouvrements fiscaux.

Lire aussi
Cameroun - Galim: 5 morts et 2 blessés dans une attaque sécessionniste

Filbert AZAP NDONGO

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer