Cameroun: ATANGA NJI soupçonne l’ONU de détourner l’aide humanitaire du Nord-ouest et Sud-ouest – 237online.com
Economie

Cameroun: ATANGA NJI soupçonne l’ONU de détourner l’aide humanitaire du Nord-ouest et Sud-ouest

Le ministre camerounais de l’Administration Territoriale, Paul ANtaga Nji, fait savoir que les quantités de cargaisons de denrées alimentaires annoncées préalablement pour secourir les populations victimes de crise sécuritaire ne correspondent pas toujours à celles distribuées.

Le ministre camerounais de l’Administration territoriale (Minat), a tenu récemment à Yaoundé une réunion de concertation avec le Système des Nations unies au Cameroun à l’effet d’évaluer l’aide humanitaire acheminée dans les régions du Nord-Ouest (NO) et du Sud-Ouest (SO). L’institution était représentée par Allegra Mania Del Baiocchi, coordonnatrice du Système des Nations-Unies au Cameroun. Paul Atanga Nji a profité de la circonstance pour exprimer son angoisse dans la gestion de l’aide humanitaire destinée aux populations victimes de la crise sécuritaire.

En effet, ces derniers temps, le Minat a reçu des rapports provenant des autorités administratives des régions du NO et du SO, sur la gestion de l’aide humanitaire. De ces analyses, il en ressort que les quantités annoncées au départ ne coïncident pas toujours à celles distribuées aux populations. « Nous avons les mêmes problèmes tous les jours. Les préfets et les sous-préfets nous appellent pour dire : vraiment, on dit qu’il avait cinq camions de denrées, nous n’avons pas vu les camions. Est-ce que ces choses ont été distribuées aux fantômes ? Nous ne savons pas », a-t-il martelé à Allegra Mania Del Baiocchi. Paul AtangaNji a ajouté que « le Système des Nations-Unies travaille avec des Ongs sérieuses. Mais d’autres ne sont pas sérieuses, et nous assistons à des détournements de dons ».

Vers la mise en place des relais locaux

Pour corriger ces manquements, le patron de l’administration territoriale a proposé à la coordonnatrice du Système des Nations-Unies au Cameroun de mettre sur pied des relais locaux qui veilleront à la régularité des opérations de distribution de l’aide. Il s’agira selon le Minat, de créer des comités, des relais locaux qui s’assurent de la transparence, et surtout de la traçabilité des opérations. « Si par exemple le Programme alimentaire mondiale (PAM) devait aller donner de l’aide à Kumba, à partir d’aujourd’hui, on va d’abord constater ces dons sur place. s’il y a 10 camions qui vont charger, que ce soient les denrées alimentaires, la protection civile va d’abord constater qu’effectivement ces dons ont été chargés dans un camion, et qu’ils sont à destination de Buea, Kumba, Mamfé ».

Le constat sera également fait sur le terrain par les autorités administratives. « Arrivés sur place, dès lors que les sous-préfets et préfets, ou les gouverneurs ont également fait le constat effectif de l’arrivée de ces dons, en ce moment le système peut travailler avec ses agents sur place et les relais locaux que sont les ONG », a expliqué le Minat.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer