Cameroun : Améliorer les stratégies de lutte contre le Vih à l’Est

test vih

Avec un taux de prévalence de 5,9 %, cette performance place la région de l’Est au second rang national au mépris de toutes les stratégies mises en place pour stopper la maladie.

Le taux de prévalence du Vih / Sida dans la région de l’Est est de 5,9 %, une performance qui est en baisse contrairement en 2017 où la région affichait un taux de prévalence de 6,3 %. La révélation a été faite par André Mama Fouda le Ministre de la Santé publique à Bertoua le jeudi 08 novembre 2018 lors du lancement national des activités de la 3ème édition du mois camerounais de lutte contre le Vih/Sida. « Protégeons la jeune fille », c’est sur ce thème que seront menées au cours des activités portant sur la lutte contre cette maladie. Et c’est à dessein que le lancement des activités a eu lieu à Bertoua, car dans la région de l’Est, la jeune fille est sujette de la sous scolarisation, des mariages et grossesses précoces. Mieux encore, à cause de la précarité sociale dans laquelle elle vit, la jeune fille est plus exposée aux infections au VIH : «les jeunes filles sont vulnérables, facilement corruptibles à cause de la précarité de leurs conditions de vie » confesse Alphonse Mbélé Gbamane le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Bertoua. Dans la région de l’Est la pandémie tant à se féminiser car 8,8 % des personnes infectées sont des femmes : « l’infection au Vih/Sida touche en grand nombre le monde féminin au vue du pourcentage assez élevé des femmes infectées, voilà pourquoi nous pensons que l’épidémie tant à se féminiser » s’inquiète le Dr Aubin Baleba le coordonnateur du groupe technique régional de lutte contre le VIH à l’Est
(GTR-Est).

Il est donc question de couvrir toute la région de l’Est afin de mettre la jeune fille à l’abri des fougues de cette pandémie : « Nous travaillons pour que les populations vulnérables même dans les zones les plus reculées puissent bénéficier d’un encadrement adéquat dans la lutte contre la pandémie du VIH / Sida » affirme Godlove Ntaw le secrétaire exécutif national de l’association camerounaise du marketing social (ACMS). Même si le taux de prévalence connaît une légère baisse dans la région, l’Est occupe le deuxième rang national derrière le Sud au classement des régions les plus touchées par la maladie et pour cela il faut mettre à contribution des nouvelles techniques de lutte : « Il faut améliorer les stratégies afin de les rendre plus efficaces, intégrer les groupes spécifiques, les professionnelles du s*e*xe et les groupes des jeunes vivant avec le VIH / Sida » souhaite André Mama Fouda. Des solutions pratiques ont été prescrites aux jeunes en majorité des élèves venus des établissements secondaires de la ville de Bertoua afin d’éviter la maladie : « Vous devez combattre l’excision, éviter le tabagisme, la consommation de la drogue et toute sorte de stupéfiants. Eviter la s*e*xualité précoce mais pour ceux qui se sont déjà lancés dans la vie s*e*xuelle, éviter des partenaires multiples et utiliser le préservatif » a conseillé le membre du gouvernement qui finit par émettre un voeu : « nous voulons une nouvelle génération sans Vih /Sida» at-il ajouté.

Charles Mahop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *