Cameroun : Alliances politiques, Cavaye Yeguié dégaine et crie à la faiblesse !

CAVAYE YEGUIE DJIBRIL

Alors que la scène politique camerounaise bouillonne à l’approche des élections de 2025, le président de l’Assemblée nationale Cavaye Yeguié Djibril a choisi la tribune de la clôture de la session de mars pour régler ses comptes avec les alliances politiques. Comme le rapporte 237online.com, l’homme fort du Parlement n’a pas mâché ses mots, qualifiant ces rapprochements d' »aveu de faiblesse » et rejetant en bloc ces initiatives qu’il juge stériles.

Apc et Atp dans le collimateur de Cavaye

Deux alliances en particulier ont cristallisé les critiques du président de l’Assemblée : l’Alliance politique pour le changement (Apc) de Jean-Michel Nintcheu et l’Alliance pour une transition politique (Atp) d’Olivier Bilé. Des plateformes qui ambitionnent de faire vaciller le Rdpc, parti au pouvoir depuis plus de trois décennies. Mais pour Cavaye Yeguié Djibril, ces alliances relèvent davantage de « l’activisme et de l’agitation » que d’un projet politique crédible.

« Ils aboient, la caravane passe » : la métaphore cinglante de Cavaye

Dans une formule choc qui a fait mouche, le président de l’Assemblée a comparé les membres de ces alliances à des chiens qui aboient sur le passage d’une caravane. « Nous autres, nous sommes la caravane qui passe pendant qu’ils aboient », a-t-il lancé, sûr de la solidité de son camp politique. Une métaphore cinglante qui en dit long sur le mépris de Cavaye Yeguié Djibril pour ses adversaires.

Un discours de clôture aux allures de meeting politique

Plus qu’un simple discours de clôture, l’intervention de Cavaye Yeguié Djibril avait des airs de meeting politique. Le ton offensif, les attaques frontales, la défense et illustration du bilan du pouvoir… Tous les ingrédients étaient réunis pour faire de cette allocution un véritable réquisitoire contre les opposants au régime. Une façon pour le président de l’Assemblée de poser les jalons de la bataille électorale à venir.

Cavaye, l’indéboulonnable pilier du régime Biya

À 84 ans, dont 32 passés sans discontinuer à la tête de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguié Djibril incarne à lui seul la longévité du système Biya. Reconduit une nouvelle fois dans ses fonctions, il s’affirme comme un indéboulonnable pilier du régime, prêt à en découdre avec tous ceux qui rêvent d’alternance. Son discours musclé contre les alliances en est la parfaite illustration.

Des institutions solides, vraiment ?

Dans sa charge contre les alliances, Cavaye Yeguié Djibril a vanté la solidité des institutions camerounaises et la qualité du processus électoral, « parmi les mieux encadrés du continent ». Une affirmation qui fera sourire les observateurs les plus critiques, tant les derniers scrutins au Cameroun ont été entachés de suspicions de fraudes et d’irrégularités. La solidité des institutions, un mythe savamment entretenu par le pouvoir ?

Les propos de Cavaye Yeguié Djibril sonnent comme une déclaration de guerre à peine voilée aux opposants qui rêvent de changement en 2025. En ostracisant les alliances politiques, le président de l’Assemblée a envoyé un message clair : le pouvoir ne laissera aucun répit à ceux qui œuvrent à sa chute. Une posture de combat qui promet une bataille électorale intense et sans merci. 237online.com, votre média de référence, suivra pour vous les développements de cette guerre des alliances qui ne fait que commencer.

Par Serge Alain Tettan pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *