Société

Cameroun – Alim Hayatou : Le Lamido veinard et très docile tire sa révérence

Transfuge de l’Undp où il y a passé un bref séjour infructueux, avant de rejoindre le Rdpc, le Lamido de Garoua est jusqu’à sa mort celui qui détient le record de longévité dans le gouvernement de Paul Biya car, Secrétaire d’État au ministère de santé publique depuis décembre 1996.

Inspecteur principal du Trésor de formation, Alim Hayatou était également un chef traditionnel et tout puissant Lamido de Garoua. Il arrivait pour rigoler un peu, que certains de ses proches lui rappellent qu’il occupe la fonction de secrétaire d’État à la santé depuis décembre 1996 alors que l’actuel ministre de la Santé publique Manaouda Malachie était encore jeune étudiant à l’université. Dans la peau d’un serviteur fidèle et loyal de Paul Biya, le Lamido n’en avait que cure. Intouchable, incassable, inoxydable, Alim Hayatou était devenu une énigme au ministère de la santé publique. Secrétaire d’État en fonction depuis presque 25 ans, le Lamido de Garoua qui bat le record de longévité au poste dans le gouvernement du président de la République Paul Biya, a toujours été un membre du gouvernement tranquille, effacé, inamovible. Même en pleine progression de la pandémie du Covid-19, il est demeuré imperturbable. Secrétaire d’État auprès du ministre de la santé publique en charge de la lutte contre les épidémies et les pandémies, certains le voulaient très présent devant les projecteurs, occupant le premier plan. Que non. Sur ses 25 années au poste, le lamido de Garoua, a vu défiler plus d’une demidouzaine de ministres à la santé publique. Titus Edzoa (1996-1997) ; Charles Etoundi (1997); Gottlieb Lobe Monekosso (1997-2000) ; Laurent Esso (2000-2001) ; Urbain Olanguena Awono (2001-2007) ; André Mama Fouda (2007-2019); Manaouda Malachie depuis le dernier remaniement ministériel du 04 janvier 2019. « On pourrait conclure que le poste de secrétaire d’État colle à la peau du Lamido veinard et docile », lance un haut cadre au Minsanté et haut commis de l’Etat.

Un Homme de paix et de loyauté

En pleine pandémie du Covid-19, le secrétaire d’État, en charge de la lutte contre les épidémies et les pandémies, n’a pas voulu se lancer dans des batailles de clochers avec son jeune compatriote et ministre Manaouda Malachie. Celui-ci a même souvent indiqué que c’est Alim Hayatou qui coordonne et gère les fonds en première ligne. « Il coordonne en tant que secrétaire d’État en charge des pandémies. Covid 19 étant une pandémie. Sa fonction le lui autorise ». Il y en a pourtant qui ont tenté de l’opposer au ministre Manaouda Malachie. Mais, homme épris de paix et de loyauté à Paul Biya, Alim Hayatou n’a jamais été un bagarreur, ni un entêté. Pour avoir longtemps duré au poste, il était très bien placé pour savoir que, à l’instar de tous les secrétaires d’État et les ministres délégués, le ministre est le patron du département. « Le secrétaire d’État est un collaborateur chargé du suivi et de l’exploitation des dossiers relatifs à un pan de ses nombreuses attractions ; ce dernier soumet donc par la suite, le résultat de ses efforts à son patron qui endosse la responsabilité de son ministère », lance Essomba François.

Lire aussi
Épreuves orales aux Concours de recrutement des fonctionnaires : le MINFOPRA innove avec implémentation de la Visioconférence

Coordonner n’est pas gérer. Alim Hayatou l’a bien compris. Serviteur dévoué, dépositaire du pouvoir ancestral, dignitaire et monarque, le Lamido de Garoua est un hiérarque et une majesté de la classe des nobles. Très consensuel et tolérant, il s’est laissé des fois, manœuvrer par des ministres de la classe des roturiers, des personnes « quelconques ». Selon certaines langues, après 25 ans au poste de secrétaire d’État, le Lamido de Garoua, serait devenu un homme blasé, sclérosé et déphasé. Mais une autre opinion soutient le contraire. « Par devoir de conscience, le président de la République Paul Biya continue à rendre à la famille Hayatou, sa reconnaissance pour la fidélité et loyauté du premier ministre Sadou Hayatou, il n’y a pas de raison que la désinvolture, l’indignation et la révolte viennent du Lamido » avoue un haut fonctionnaire.

Lire aussi
Le Cameroun prépare le rapatriement de 5000 réfugiés nigérians

Cacique et dinosaure du Renouveau

Jusqu’à ce que la mort vienne le faucher à la vie, Alim Hayatou a continué à servir le Renouveau de Paul Biya dans la droiture, la résignation, le dévouement indéfectible, la reconnaissance, le respect et la dignité. Ses collaborateurs gardent de lui le souvenir d’un grand homme d’État charismatique, sobre, pétri de sagesse, humain, inamovible. . . Un homme de parole qui a accompli une noble et élogieuse mission de Baron de Régime du Renouveau. Les attributions de membre du gouvernement du Renouveau n’ont pas empêché que le lamido dirige sa chefferie avec fierté, finesse, dignité humaine, élégance, fidélité, dynamisme, amour et sympathie à l’égard de ses administrés.

Né le 09 août 1946 à Garoua, département de la Benoué, région du Nord Cameroun, Alim Hayatou meurt à 75 ans. Élu Lamido de Garoua en 2000, le défunt est de la très puissante famille Hayatou de Garoua. Dans la même lignée, on peut citer ses deux frères: l’ancien premier ministre Sadou Hayatou, le très influent Issa Hayatou, anciennement président de la Fecafoot, jusqu’à il y a peu d’années président de la confédération africaine de football (Caf).

Souley ONOHIOLO

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page