Economie

Cacaoculture: Les destinations de l’origine Cameroun

13 pays constituent la liste des destinations des fèves du Cameroun dont trois nouvelles entrées et quatre pays qui disparaissent.

Comme les années précédentes, la campagne cacaoyère 2019-2020 s’est étalée au Cameroun sur la période allant du 1er août 2019 au 15 juillet 2020. Selon les chiffres de l’Office national du cacao et du café (Oncc), la production nationale commercialisée a été estimée à 257 151 tonnes. En comparaison à la campagne 2018-209, l’on a observé une baisse de l’ordre de 14 633 tonnes (264 253 tonnes en 208-2019). Sur les 257 151 tonnes enregistrées lors de la dernière campagne, 197 537 tonnes ont été exportées par 29 exportateurs actifs dont 11 nouveaux. 13 pays ont constitué les destinations de l’origine Cameroun pour cette campagne. A savoir l’Albanie, l’Allemagne, la Belgique, la Chine, la Corée du Sud, l’Espagne, l’Hollande, l’Indonésie, l’Italie, le Japon, le Liban, la Malaisie et la Turquie.

Au palmarès des pays qui ont le plus importé le cacao Camerounais lors de la campagne 2019-2020, figurent l’Hollande qui caracole en tête du classement avec un volume de 62,3% de tonnes importés, la Chine pour 9,8%, la Malaisie pour 8,2%, l’Indonésie pour 6,2% et l’Allemagne pour 3,3%. On se rend compte que le Canada, le Mexique, la Franca et les États-Unis ont disparu comme destination. Tandis que l’Albanie, la Corée du Sud et le Liban ont fait leur entrée. En ce qui concerne les acheteurs, le cacao d’origine Cameroun est livré à 33 acheteurs sur le marché international. Et l’Oncc informe que Cargill et Olam S.A achètent pour 84% des fèves du Cameroun. Les opérations d’exportation, elles, sont domiciliées dans 11 banques, dont Uba (52,9%), Ecobank (18,4%), Bgfi (8,1%), Bicec (7,9%).

Lire aussi
Cameroun : Les employés de la CDC réclament près de 2 ans de salaire impayé

Ratio qualité-prix

Sur le plan national, il faut dire que les régions du Centre (48,6%) et du Sud-ouest (28,4%) cumulent toutes les deux 77,10% des achats de produit
bord-champ sur l’ensemble des bassins de production. Aussi, précisons-le, les achats ont été opérés dans huit régions avec l’arrivée de l’Adamaoua dans laquelle 82 021 kg ont été déclarés en achat, soit 0,3 % du volume global. Pour le reste, le Littoral a déclaré 10,3% d’achat des produits bord-champ pour cette campagne, le Sud a enregistré 5,6% d’achat, l’Est 3,8%, l’Ouest 2,7% et le Nord-ouest 0,4%. Notons que la qualité de fèves commercialisées reste majoritairement le Grade II (97,06%). Le grade I représente 2,85 % de la production et les résidus 0,1%. Comme indiqué récemment lors du lancement officiel de la campagne cacaoyère 2020-2021, le Cameroun est résolument tourné vers l’amélioration de la qualité des fèves de son cacao.

Lire aussi
Cameroun : à qui reviendra le contrat de réhabilitation du Barrage hydroélectrique de Lagdo ?

C’est « le seul gage de l’accroissement de la compétitivité sur le marché international et aussi la garantie d’un meilleur prix », soutenait le ministre du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana lors du lancement de cette campagne. Cela dit, une promotion de l’excellence qualitative s’impose. C’est-à-dire l’adoption d’une politique unanime de traitement de cacao entre la récolte et la post-récolte. D’ailleurs, a-t-on appris des pouvoirs publics, une opération de recensement des producteurs est en cours sur l’ensemble du territoire national. Et qu’un point d’honneur sera mis pour assurer non seulement l’excellence qualité, mais aussi pour relever la quantité de la production.

Achille KAMGA

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page