Société

Betare Oya : les populations de Liguim, Mbitom et Tête d’Éléphants sont sur « le pied de guerre »

Ils ne veulent pas du tout les Unités de Forêts Aménagées (UFA), qu’on veut leur imposer et sont prêts à tout pour se faire entendre.

Au village Liguim l’un des plus pauvres de l’arrondissement de Betare Oya dans le département de Lom et Djerem, Région de l’Est, la colère du Chef Sa Majesté Dieudonné Manissara est sans appel : « Nous on refuse l’UFA, on ne veut pas l’UFA chez nous ! … Les gens comme le Préfet, le sous-préfet, on leur dit depuis un an, qu’on ne veut pas UFA. Eux quand ils viennent ce n’est que le problème de UFA. Quand nous on parle c’est comme s’ils sont sourds, ils ne comprennent pas ce qu’on leur parle. La forêt communautaire, ça va nous aider, ça va décanter notre situation… ».

Dans ce village, on croit dur comme fer que l’attribution d’une forêt communautaire leur permettrait de résoudre la plupart de leurs problèmes. Sylvain Atangana, notable à la chefferie Liguim : «Il est inadmissible que dans un Cameroun qui se veut émergent en 2035, qu’il n’y ait pas de route, qu’il n’y ait pas d’école à Liguim. Un centre de santé que nous avons construit par rapport au PNDP, et qu’on nous a imposé une forte somme, une contrepartie financière de 633 000 francs CFA. C’est à partir de cette forêt que nous avons acquis cette somme parce que nous avons fait le sillage sauvage. Nous espérons de la forêt communautaire, l’amélioration de nos conditions de vie. ».

Sauf que le projet est torpillé par certains, au profit de la création d’une Unité Forestière d’Aménagement (UFA), ce à quoi les villageois s’opposent fermement. Le village Liguim n’est pas seul dans cette bataille. A Mbitom, Tête d’Éléphant et Liguim, l’on voit d’un très mauvais œil la création d’une Unité Forestière d’Aménagement, ce d’autant plus que dans les villages qui en ont fait l’expérience, le sous-développement a plutôt pris du galon, là où les populations espéraient une amélioration de leurs conditions de vie. Pressé de toute part le collectif des Chef de village visés par la création de l’UFA a saisi les plus hautes personnalités de la République, pour exprimer sa désapprobation.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page