Economie

Banque Camerounaise-PME: la DG et le PCA limogés

« Au sein de la « Banque Camerounaise des Petites et Moyennes Entreprises » (BC-PME), les profils ne cadrent pas avec les postes, et les recrutements se font ici sur une base tribale.

L’on retrouve beaucoup d’employés qui viennent d’une même aire géographique. La plupart d’entre eux sont les enfants de… des fils ou filles de… C’est révoltant ». Ce sont-là des erreurs de management que reproche le gouvernement camerounais, confiés à nous par une source au sein de la BC-PME.

Bien plus encore. Selon la « Commission Bancaire d’Afrique Centrale » (COBAC), Agnès Ndoumbe, Directrice Générale de la Banque camerounaise des « Petites et moyennes entreprises » (PME), avec certains hauts cadres de cette entreprise publique notamment, le Président du Conseil d’Administration Théodore Nkodo Foumena, sont accusés d’avoir entraîné la Banque fonctionnelle depuis trois ans seulement, vers la faillite.

Lire aussi
Institut national de la statistique : Un nouveau siège et encore plus de défis

En 2015, des infractions ont été détectées concernant la norme de la disposition du capital minimum. En d’autres mots, les petites et moyennes entreprises camerounaises ne disposeraient plus de fonds propres devant être justifiés à tout moment.

Au regard d’un tel flou dans l’enceinte de cet établissement public, le gouvernement entend remonter l’entreprise en la restructurant avec un financement important. La seule condition, étant de limoger les dirigeants actuels comme l’indique une source bien introduite. « La restructuration va permettre à la banque de continuer à servir les clients au guichet pour des crédits, au lieu de la confiner au seul rôle de banque garantie ».

Lire aussi
Marchés publics : Les résultats des plans de passation seront désormais publiés

Promise par le chef de l’Etat Paul Biya, lors du commis agro-pastorale d’Ebolowa (région du Sud-Cameroun) en 2011, la « Banque Camerounaise des Petites et Moyennes Entreprises » (BC-PME) est présente uniquement dans les villes de Yaoundé et Douala. Cette institution a été mise en place pour atténuer les difficultés de financement des PME, qui constituent plus de 90% du tissu industriel camerounais.

Source
agora-mag.net
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page