Assemblée nationale : 7.000 armes circulent illégalement au Cameroun

Parlement

Telle est l’information phare qu’on retient du discours d’ouverture du président de l’Assemblée nationale (Pan), Cavaye Yeguie Djibril hier mardi 8 juin 2021.

« La Représentation nationale voudrait attirer l’attention du gouvernement sur un phénomène de plus en plus inquiétant à savoir : la circulation des armes de toutes natures et de diverses origines. Des informations à notre disposition font état de près de sept mille armes illégalement en circulation », a martelé le Pan du haut de la chaire. Il a été davantage explicite en précisant qu’au moment où on constate une montée en puissance de l’insécurité, caractérisée par des scènes de violences ici et là, et ainsi que par des actes de grand banditisme, « il est urgent de circonscrire ce phénomène ». Le patron de la Chambre basse est allé plus loin en affirmant clairement que ce phénomène est une menace pour l’intégrité physique des citoyens et même pour la sécurité de l’Etat. Par la suite dans sa volonté d’interpeller les gouvernants à résorber au plus tôt ce phénomène, il n’a pas manqué au préalable de saluer « les premières mesures prises par le gouvernement à travers le ministère de l’Administration territoriale, avec notamment les armes traumatiques ».

Il a exhorté les autorités compétentes à aller au-delà, tout en réitérant la nécessité de remettre de l’ordre dans ce secteur, « de reprendre en main le système de circulation et de détention des armes au Cameroun ».L’autre menace nouvelle soulevée par Cavaye Yeguie Djibril est constituée des attaques extérieures dirigées contre le gouvernement du Cameroun. Il s’est félicité de l’engagement des députés face à cette nouvelle menace. Il a pour ainsi dire pris le cas de la lettre ouverte adressée au Secrétariat d’Etat américain par les élus de la Nation, de toutes les chapelles confondues, et lue solennellement le 9 avril 2021 à l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Pour le Pan, cette lettre est un « document historique », « un véritable camouflet pour les détracteurs et pourfendeurs de la République ». Il a promis que « ces professionnels de la désinformation trouveront désormais les honorables députés sur leur chemin ». Pour terminer sur ce chapitre, il a salué le patriotisme et le sens de la vérité qui animent les députés.

Les autres menaces sur le Cameroun

La pandémie à Coronavirus et sa gestion étaient également au cœur de l’adresse de Cavaye Yeguie Djibril. En ce qui concerne la propagation de la pandémie, il a indiqué que les résultats de la riposte mise en place par le gouvernement sont encourageants, tout comme il a fondé bon espoir sur la campagne de vaccination en cours. Il a demandé du reste à ses compatriotes de continuer de respecter les mesures barrières. « Chers compatriotes, portez les masques, portons les masques ! Respectons les mesures barrières et les mesures d’hygiène », a-t-il lancé face au relâchement général des Camerounais dans le port des masques et le respect des mesures barrières. Il a en outre demandé aux députés de s’impliquer plus que par le passé dans la sensibilisation des populations. En ce qui concerne la gestion des fonds Covid-19, il a prié les compatriotes de bien vouloir attendre les conclusions des investigations. « N’allons pas vite en besogne. Evitons tout lynchage à travers les médias et autres réseaux sociaux, au risque d’exposer certains citoyens à la vindicte populaire. Restons sereins », a-t-il conclu.

Sur le plan de la sécurité armée, il a marqué sa satisfaction que dans le cadre de la crise anglophone, des anciens séparatistes se sont rendus, déposant dans la foulée leurs armes. D’autres par contre a-t-il indiqué, continuent leur dangereuse odyssée. Le Pan a de ce fait annoncé le soutien et les encouragements de la Chambre à l’Armée nationale qui veille aux grains, « assurant ses missions régaliennes en toute efficacité, avec engagement, foi et professionnalisme ». On retiendra de l’ouverture de cette deuxième session qu’au compteur, 7 députés ont rejoint l’éternité. Cavaye a d’ailleurs demandé une minute de silence pour tous ces défunts mais surtout pour les deux dernières que sont Lifaka et Ngo Yetna.

Léopold DASSI NDJIDJOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *