Washington a distribué aux pays de l’Otan une instruction sur le format Normandie (Moscou)

format Normandie

Le chef adjoint de l’administration présidentielle russe, Dmitri Kozak, a déclaré que les partenaires de la Russie dans le cadre du format Normandie avaient tendance à faire traîner en longueur les négociations sur le règlement du conflit intérieur ukrainien et qu’ils le faisaient conformément aux instructions des États-Unis.

« Nos collègues pensent, on ne sait trop pourquoi, que le temps leur profite et que les négociations doivent être prolongées au maximum », a-t-il indiqué ce vendredi aux journalistes, commentant les résultats de la réunion des conseillers politiques du format Normandie (Russie, France, Allemagne et Ukraine) qui s’est tenue la veille à Berlin et qui n’a débouché sur aucun résultat. « Qui plus est, nous avons reçu de la part de nos amis dans un pays de l’Otan une instruction du département d’État américain à tous les membres de l’Alliance sur la manière de négocier avec la Russie en vue du règlement du conflit et de l’application des accords de Minsk. C’est une instruction sur la façon de mener les négociations dans une impasse », a-t-il précisé.

Toujours selon Dmitri Kozak, c’est selon ce schéma que se déroulent les discussions sur le règlement de la situation dans le Donbass. « C’est une instruction qui date d’un mois, mais elle reproduit le style de négociations qui a existé tout au long des sept années du format Normandie », a-t-il constaté.

Berlin a accueilli jeudi les négociations des conseillers politiques des dirigeants des pays du format Normandie (Russie, France, Allemagne et Ukraine). Elles ont duré presque neuf heures sans que les participants réussissent à enregistrer de résultats ni se concerter sur la déclaration finale. Dmitri Kozak a déclaré qu’il s’agissait d’une position de pat, indiquant qu’il n’avait pas été possible d’obtenir du représentant de Kiev l’aval au dialogue direct avec les Républiques populaires du Donbass sur leur statut au sein de l’Ukraine après le conflit. Qui plus est, lors de l’examen d’un projet de communiqué commun, l’Ukraine a refusé net ne serait-ce que de citer les accords de Minsk.

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *