Université de Yaoundé I : Les manigances ahurissantes de l’ex-recteur SOSSO

Professeur Maurice Aurélien Sosso

Le Pr SOSSO Maurice Aurélien, recteur sortant de l’Université de Yaoundé I, aurait tout tenté pour saboter la cérémonie d’installation de son successeur, le Pr ETOUA Rémy Magloire Dieudonné. 237online.com révèle les dessous d’une passation de pouvoir sous haute tension.

SOSSO, un recteur qui ne voulait pas lâcher prise

Nommé recteur de l’Université de Yaoundé I en 2015, le Pr SOSSO Maurice Aurélien n’a pas vu venir sa mise à la retraite. Selon nos sources, il aurait tout fait pour retarder l’échéance, allant jusqu’à brandir la menace d’un « mouvement irrédentiste » si un décret venait à le démettre de ses fonctions. Une attitude qui tranche avec la sérénité attendue d’un universitaire de son rang.

Un faux programme d’installation et des étudiants soudoyés

D’après nos informations, SOSSO aurait fait circuler un faux programme de la cérémonie d’installation, s’arrogeant la vedette au détriment de son successeur. Pire, il aurait mobilisé des chefs traditionnels et des marabouts pour perturber l’événement. La veille, il aurait même distribué 10 000 FCFA à plus de 300 étudiants via ses « équipes de snipers », afin qu’ils organisent un mouvement de protestation réclamant son maintien. Un coup monté déjoué de justesse par les services de sécurité.

Une chorale instrumentalisée pour défier le nouveau recteur

Autre coup bas orchestré par SOSSO : l’interprétation par la chorale universitaire « The Glorious Voice » d’un chant en langue duala aux paroles lourdes de sens : « Le pouvoir vient de Dieu. Vous m’avez enlevé Recteur par force, mais sachez que je reviendrai plus fort… » Un message de défi à peine voilé, qui trahit le ressentiment du recteur déchu, visiblement peu enclin à passer la main.

OWONO OWONO, le beau-père de SOSSO qui rêve de lui succéder

Dans cette tentative de putsch académique, SOSSO peut compter sur un allié de poids : son beau-père, le Pr OWONO OWONO Luc Calvin, actuel Vice-Recteur de l’Université de Yaoundé I. Ce dernier, à qui SOSSO aurait promis le poste de recteur, n’aurait pas hésité à menacer de représailles tous ceux qui se réjouissaient de la nomination du Pr ETOUA. Un nepotisme décomplexé qui fait tache dans le milieu universitaire.

Un recteur obnubilé par un maroquin ministériel

Mais les ambitions de SOSSO ne s’arrêtent pas là. Selon des indiscrétions, il se verrait déjà Ministre de l’Enseignement Supérieur et aurait dépensé des centaines de millions de FCFA en lobbying pour décrocher le poste. Ses marabouts lui auraient même garanti que sa nomination était actée. De quoi comprendre son acharnement à vouloir peser, même de loin, sur la gouvernance de l’Université de Yaoundé I. Un comportement indigne d’un universitaire censé incarner le mérite et la probité.

Cette triste affaire jette une lumière crue sur les dérives qui gangrènent le milieu académique camerounais. Loin des valeurs d’excellence et d’intégrité, certains responsables semblent plus préoccupés par leurs ambitions personnelles que par l’intérêt des étudiants et de la communauté universitaire. Il est temps que le monde académique fasse son aggiornamento pour restaurer son image et sa crédibilité. 237online.com continuera à enquêter sans relâche sur ces dérives qui minent l’enseignement supérieur au Cameroun.

Par Fernand Etoa pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *