Société

SNH / Délinquance financière : Mme MOUDIKI dans le viseur de l’office centrale française

Des sources bien introduites, l’Office Centrale pour la Répression de la Grande Délinquance Financière (OCRGDF) seraient aux trousses de l’épouse du patron de la Société Nationale des Hydrocarbures (SNH) du Cameroun.

Il serait question d’un soupçon de détournements des fonds au regard des dépenses exorbitants effectuées par cette dernière, sur le territoire français. Boutiques de luxe sur les champs Elysée, bijoux, sacs à main et vêtements opulents, Mme Moudiki ne se prive de rien. Celle-ci mène une vie fastueuse en Europe et surtout en France. Pourtant, ses bons moments à l’étranger contrastent avec la vie de la plupart de ses compatriotes camerounais, qui ne bénéficient pas des retombées des revenues pétroliers.

Selon les sources, pour les services de renseignement français, le financement de son style de vie a été révélé comme étant un détournement de fonds. Pour rappel, Mme Moudiki est déjà cité dans l’affaire impliquant le financement de certaines ‘’belles du sexe’’ vivant à l’étranger, arrivées au Cameroun dans le cadre de la Coupe d’Afrique Nations. En effet, alors que le pays se préparait à lancer la 33e édition de la Can, c’est via les réseaux sociaux que le peuple camerounais découvrait une note signé du Directeur du Cabinet Civil, ordonnant la prise en charge totale de trois camerounaises de la diaspora, connues pour leurs dérives sexuelles sur le net. Elles – mêmes se qualifient d’ailleurs de « prostituées » de la république. Un choc pour le peuple qui a découvert que l’argent du contribuable servait finalement à entretenir ces dernières.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page