Actualité

Saccage de radio Colombe de Sangmelima : Le maire Noël Essian accusé de noircir Louis Paul Motazé et Fame Ndongo pour venger Mebe Ngo’o

Des recoupements consécutifs au saccage de la radio communautaire du chef-lieu du département du Dja-et-Lobo (région du Sud), font état de ce qu’au fond, il s’agirait de règlements de comptes politiques.

Selon des informations glanées à bonne source, André Noel Essian le maire de Sangmelima, aurait commandité toute une émission hier nuit à Radio Colombe (mairie de Sangmelima), dans le seul but, de noircir l’élite politique et administrative du Sud, avec à sa tête, le ministre Louis Paul des Finances, et Jacques Fame Ndongo, ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur. Les deux sont respectivement, chef de délégation permanente du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), pour le Dja-et-Lobo, et chef de délégation permanente du même parti, pour la région du Sud.

Une opération de saccage de radio Colombe qui a vu hier lundi 24 juin 2019 aux environs de 23 heures, des militants, membres de la Section Rdpc du Dja-et-Lobo 1, investir le siège de la radio logée au sein de la commune, bastonné le vigile, et endommagé le matériel de la radio, sans oublier de caillasser les véhicules des panélistes. En effet, apprend-on, le crochet radiophonique, été animé par Medzo Zilli Daniel, président de la Section OJRDPC du Dja-et-Lobo 1, et avait entre pour invités, Minyono Clément, président de la Sous-section Rdpc de Mintyaémiyumu. Ces derniers, apprend-on, ont subi des violences physiques, de la part des assaillants, et ont à en croire le secrétaire à la Communication de la Section Rdpc du Dja-et-Lobo 1, été admis à l’hôpital de district de Sangmelima.

Lire aussi
Cameroun : Dans les secrets de la célébration des 88 ans de Paul Biya

Quel est le vrai problème ?

Selon des sources introduites et généralement crédibles, hier lundi 24 juin en journée, le maire André Noël Essian de Sangmelima, dans un entretien téléphonique avec un membre de la haute classe de Yaoundé, a été interrogé sur la nécessité, d’organiser une émission radiophonique, pour le seul but de noircir l’élite politique et administrative de la région du Sud, avec au premier rang, Louis Paul Motaze, et Jacques Fame Ndongo.
Mais au-delà de ce qui se voit, des investigations sérieuses font état de ce que, la crise politique dans le Dja-et-Lobo en particulier, et dans le Sud en général, est née de la mise en détention provisoire de l’ancien ministre de la Défense, Edgard Alain Mebe Ngo’o. Selon des confidences, le maire André Noël Essian de Sangmelima, aurait toujours été de ceux-là qui voyaient Edgard Alain Mebe Ngo’o, président de la République après Paul Biya, et lui faisaient donc déjà allégeance, après l’avoir rallié. « André Noel Essian le maire de Sangmelima faisait partie de ceux qui faisaient déjà allégeance à Mebe Ngo’o, certain qu’il deviendrait Président, après le règne de Paul Biya. C’est ainsi que depuis la descente aux enfers de ce dernier, André Noel Essian qui a toujours rêve de devenir ministre, n’a jamais cessé de s’en prendre à l’élite politique et administrative du Sud, donc particulièrement, deux de ses membres : Louis Paul Motaze, et Jacques Fame Ndongo.

Lire aussi
Cameroun: Les habits neufs de l’industrie minière

Selon notre confident, « André Noël Essian attribue la descente aux enfers de l’ancien ministre de la Défense, à Louis Paul Motaze, et à Jacques Fame Ndongo. Or, les orgies managériales de Monsieur Mebe Ngo’o, ont même été dénoncées depuis des années depuis la France, l’Espagne et le Maroc, et tout le monde savait que cet homme riche à la démesure, finirait en prison ». Et surpris selon lui par la naïveté avec laquelle la presse traite de cette actualité, notre information poursuit : « Et pourtant, l’immense et effrayante richesse d’Edgard Alain Mebe Ngo’o et de Bernadette son épouse, a été exhibée aux yeux de tous les Camerounais, jusqu’à leur incarcération en mars dernier, à la prison centrale de Yaoundé à Kondengui.
Pour les observateurs avertis, la chute d’Edgard Alain Mebe Ngo’o, serait donc la cause de toutes les manœuvres de manipulation au sein du Rdpc dans le Sud, orchestrées par le maire de Sangmelima, André Noel Essian, qu’on dit avoir fait alliance avec l’ancien richissime et puissant ministre de la Défense, parce que croit-on, convaincu qu’il devait devenir président de la République, après le règne de Paul Biya.
De ce qui précède, il se dégage que, quoi que jouant la victime, c’est plutôt André Noël Essian qui, manœuvre et manipule l’opinion en sous main, livrant l’élite politique et administrative du Sud à la vindicte populaire, depuis la chute d’Edgard Alain Mebe Ngo’o.
Affaire à suivre.

Correspondance particulière : Darren Lambo Ebelle

Source
Darren Lambo Ebelle
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page