Société

Recrutement de maîtres des parents d’élèves: Les recalés sur le pied de guerre

A l’origine, le non-respect des critères de sélection basés sur l’âge et l’ancienneté du Capiemp. Il était question de privilégier les anciens Capiemp tendant vers l’âge limite qui est de 40 ans.

Lundi 08 juin 2020, une vingtaine des maîtres des parents d’élèves ; papier carton en main ont manifesté à la Délégation régionale du ministère de l’Education de base à Yaoundé. En effet, le mercredi 27 mai 2020, le ministre de l’Education de base, Laurent Serges Etoundi Ngoa a rendu publiques les listes de 3000 maîtres des parents contractualisés, avec presqu’un an de retard. Sauf que, depuis ce jour, des vagues de protestations des recalés se multiplient sur les réseaux sociaux. De nombreux maîtres des parents dénoncent les tripatouillages.

Outre le fait qu’aucun représentant de cette catégorie de travailleurs n’a été associé aux travaux de la commission de recrutement, des témoignages de corruption sont enregistrés. Pourtant, les critères de sélection étaient basés sur l’âge et l’ancienneté du Capiemp. Il était question de privilégier les anciens Capiemp tendant vers l’âge limite qui est de 40 ans. Il était surtout question de recruter 55% d’hommes et de 45% de femmes, malheureuses, ces critères non pas été respectés.

« Son excellence monsieur Laurent Serges Etoundi Ngoa, je m’appelle Barbara Mireille Mewodi Ondoa, j’ai 33 ans. Je suis une fille de Mfou, (Mvog-Amougou), j’ai le Capiemp session 2014. Mon père adoré, mon youyou, j’aime mon travail comme Jésus-Christ a aimé le monde entier. Mon père, j’ai déjà pleuré toutes les larmes de mon corps au point où j’ai mal aux nerfs, parce que je n’ai pas vu mon nom, alors que j’ai l’âge et mon année était éligible.

Je vous en supplie, mettez mon nom dans la prochaine liste, car je vais faire comment pour nourrir mes enfants et ma vieille mère adorée, qui m’a beaucoup encouragé dans ce métier. Je suis prête à Yaoundé travailler n’importe où papa », raconte la jeune dame avec une photo d’illustration en plein séance de cours sur sa page Facebook. Tout comme elle, les confessions des recalés inondent les réseaux sociaux depuis la publication de cette liste. « J’avais mis tant d’espoir sur ce dernier recrutement. 37 ans, mère célibataire de 03 enfants abandonnés par leur père leur père il y a deux ans. Quand le ministre avait promis de tenir compte de l’ancienneté du Capiemp et de l’âge, mon espoir était grandissant. Malheureusement, je suis choquée de voir qu’il s’est moqué de nous, de moi.

Lire aussi
Cameroun: Comment rendre le livre scolaire obligatoire ?

Je comptais sur ces critères pour voir ma vie changer et assurer l’avenir de mes enfants. Je pleure pour mes enfants, car je n’ai personne sur qui compter. A quoi ça sert de former les gens, si c’est pour les condamner au chômage. Dans le privé où j’ai enseigné, on ne nous paie pas depuis janvier. Je vis de mon petit commerce pour payer mon loyer. Avec ce confinement, l’Etat veut nous envoyer à la mort. Pourtant, c’est nous qui formons les ministres et autres. Je n’en peux plus », se lamente Jovany Akono sur sa page Facebook.

Dernier espoir

Les larmes d’une mère qui croyait en l’existence du mérite au Cameroun. « Pascaline M., mon nom ne figure pas malgré mes 40 ans et mon Capiemp de 2010. A côté, des candidats de 22 ans sont recrutés au détriment des vieux de 40 ans. Parmi nous, il y a ceux qui ne pourront plus jamais postuler. J’en connais un qui a 41 ans à l’heure où je vous on parle avec 25 ans de service. C’est trop d’injustice dans ce pays », s’offusque la candidate en larme. Kévin P. « Après la publication des listes de 3000 instituteurs recrutés ce soir, j’ai le cœur qui saigne parce que j’ai eu mon Capiemp en 2009 et je suis née en 1985 donc ça fait plus de 10 ans aujourd’hui que je postule toujours sans suite favorable. Mon dernier espoir reposait sur ce recrutement vu mon âge, et vu aussi les critères de sélections qui étaient basés sur l’ancienneté du diplôme et l’âge. Avec mon Capiemp de 2009 et née en 1985, je n’ai pas été retenu par contre, les nés en 1990 ont été retenus », dénonce-t-il.

Lire aussi
Restriction du Hadj 2020: L’indignation de la communauté musulmane

« Je suis une jeune dame camerounaise titulaire du Capiemp obtenu en 2011. Mais jusqu’ici pas recrutée par l’Etat. Je ne suis d’ailleurs pas la seule dans cette situation. Hier encore, j’ai reçu un coup dur quand je n’ai pas vu mon nom sur la liste. Pourtant, les jeunes ont été recrutés. Nous ne savons pas exactement sur quel critère ils se sont basés pour sélectionner les postulants. Nous avons soif de justice La date d’obtention du diplôme est une autre pomme de discorde.

On dénonce l’existence des faux enseignants dans ces listes. Des instituteurs affirment que certains retenus ont eu le Capiemp après la date exigée et que la date portée devant leurs noms est un maquillage. Et malheureusement nous n’avons pas la possibilité de nous exprimer. C’est très injuste », confie Thérèse W. La date d’obtention du diplôme est une autre pomme de discorde. On dénonce l’existence des faux enseignants dans ces listes. Des instituteurs affirment que certains retenus ont eu le Capiemp après la date exigée et que la date portée devant leurs noms n’est que pur maquillage.

Afficher plus

2 commentaires

  1. Ici dans l’arrondissement de Bourha c’était grave la contestation à failli aboutir à la cass parcequ’il est inadmissible que deux vagues de recrutement se passent sans qu’aucun enseignant de cet arrondissement ne soit retenu alors que l’on peut bien lire né en 1999 alors qu’il y’a des candidats de cette partie qui sont plus agés que ceux là.

  2. Ça c’est une liste à annuler simplement, ne cherchons pas des problèmes car on en a assez déjà au Cameroun. Tout un arrondissement où l’on peut trouver un seul enseignant pris en charge pour un école et aucun enseignant retenu après deux vagues de recrutement c’est injuste et honteux. Arrondissement de Bourha candidats âgés de 1987 à 1992 et CAPIEMP entre 2011 à 2013 mais zéro retenu ce n’est pas normale cela nécessite d’explications excellence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page