Société

Protection de l’environnement: La parade de Fabrice Ondoua à l’Est

En sa qualité d’ambassadeur de bonne volonté de l’Unicef, le gardien de buts des Lions Indomptables a fait un saut dans cette région pour sensibiliser les enfants sur les dangers qui menacent notre planète.

« La journée mondiale de l’enfant est très spéciale pour moi. Si on ne peut pas refaire le monde en un jour, on peut poser des bases solides avec des gestes symboliques pour réinventer une planète verte ». Déclaration lourde de sens de Fabrice Ondoua lors de sa descente à l’école primaire publique de Yadémé à Bertoua le 19 novembre dernier. Au moment où notre planète est fortement menacée par la pollution, la désertification, les risques sanitaires, la réduction de la diversité des espèces et le réchauffement climatique, le bilan environnemental planétaire est loin d’être réjouissant. Une situation de plus en plus préoccupante pour l’ambassadeur de bonne volonté de l’Unicef qui a bien voulu s’entretenir avec les enfants de cette région forestière. Pour Fabrice Ondoua, « des changements importants de nos pratiques peuvent encore renverser la tendance ». Mais, il faut réviser rapidement nos façons de faire. Selon Richard Tono, spécialiste des questions environnementales, « Protéger notre environnement, c’est préserver la survie et l’avenir de l’humanité. Car en réalité, l’environnement est notre source de nourriture et d’eau potable. L’air est notre source d’oxygène, le climat permet notre survie et la biodiversité est un réservoir potentiel de médicaments. En somme, préserver l’environnement est une question de survie ».

D’où la pertinence de la leçon dispensée par Fabrice Ondoua aux enfants, avec des messages et des images parlantes. « Ne coupe pas tous les arbres ! Laisses-en quelques-uns ; préservons l’environnement des feux de brousse ; de la pollution du sol et de l’eau ; nous devons préserver la biodiversité, empêcher la destruction des espaces naturels etc. ». L’ambassadeur de bonne volonté de l’Unicef a exhorté les enfants à être des défenseurs des causes environnementales. Et pour prouver leur engagement et leur amour pour une planète bleue, ces enfants ont peint le mur barrière de leur école en inscrivant comme message « Ensemble, nous pouvons réinventer un monde meilleur ».

Des petites habitudes

Dans sa vision, Fabrice Ondoua est persuadé que dès le plus jeune âge, il est possible d’initier les enfants à la protection de l’environnement. « En les éveillant tôt, on créé des reflexes citoyens qu’ils garderont toute leur vie ». Il était donc question de les sensibiliser à travers une leçon et une activité pratique, afin que chacun puisse agir à son niveau. A en croire une enseignante de l’école primaire publique de Yadémé, « les enfants peuvent adopter chaque jour des petites habitudes qui ont leur importance dans la préservation de notre planète. Ils utilisent beaucoup de papiers pour faire des dessins, fabriquer des avions, découper, etc. Leur demander par exemple de ne pas jeter les ordures par terre est une recommandation de base qui prendra tout son sens si on associe à cette explication l’idée de leur faire réaliser que ces ordures vont être emporté par les eaux de pluies et se déverser dans nos
rivières ».

Lire aussi
Paul Atanga Nji : « Les criminels ne pourront plus émigrer facilement»

Ange-Gabriel OLINGA B.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page