Pour Bardella, la Russie exige à juste titre que l’Otan ne s’approche pas de sa frontière

Jordan Bardella

Le député européen et président du Rassemblement national par intérim, Jordan Bardella, a estimé justes les exigences de la Russie envers l’Otan de ne pas approcher ses frontières.

« Le rôle de la France est d’appeler à la désescalade. Il y a une revendication légitime de la part de la Russie et de la part de Vladimir Poutine, c’est de ne pas voir l’Otan débarquer à sa frontière. Vous vous souvenez qu’en 1991 il y avait eu un accord tacite, qui a été déclassifié depuis, entre Gorbatchev et le secrétaire d’État américain de l’époque où les États-Unis prenaient l’engagement de ne pas élargir l’Otan à l’est et de ne pas rapprocher l’Otan, par des accords avec les pays, aux frontières de la Russie. Cet accord n’a pas été respecté », a-t-il déclaré à BFM TV ce dimanche.

Selon lui, il ne faut pas « faire la guerre à la Russie, il ne faut pas faire la guerre aux États-Unis. Il faut retrouver une voie équilibrée », a-t-il ajouté.

Le 19 février, le journal allemand Der Spiegel a publié des extraits d’archives sur une réunion tenue par l’Allemagne de l’Est, l’Allemagne de l’Ouest, le France, l’Union soviétique, le Royaume-Uni et les États-Unis où les pays occidentaux ont déclaré à Moscou qu’ils n’avaient pas l’intention d’étendre le territoire de l’Alliance à l’est plus loin que l’Allemagne.

La Russie a soumis en décembre dernier aux États-Unis et à l’Otan ses propositions sur les garanties de sécurité, exigeant notamment un renoncement juridiquement contraignant pour l’Alliance de poursuivre son expansion à l’est, ainsi que le retour de ses infrastructures militaires aux frontières de 1997. Fin janvier, Washington et Bruxelles ont remis à Moscou leurs réponses écrites laissant comprendre que l’Occident ne ferait aucune concession de principe.

237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *