Société

Porte-Monnaie « Magique » : le phénomène prend de l’ampleur dans les établissements scolaires au Cameroun

La jeunesse camerounaise est manifestement sous l’emprise quasi généralisée des sectes pernicieuses et sataniques.

A l’évidence, les faits attribués à une secte d’aisance financière dénommée « Vendeur de Rêve » qui secoues actuellement le Lycée Bilingue de Kribi, illustrent à suffisance que le fer de lance de la nation est en déperdition.

Il a fallu qu’un parent d’élève en possession d’une lettre de la secte « Vendeurs de Rêves » adressée à sa fille, la nommée Ambiana élève en classe de 4ème, saisisse les responsables de l’établissement, pour qu’on se rende compte de la gravité de la situation. Convoqué et auditionné, l’élève Ndoum Idriss, transmetteur de cette lettre, est passé aux aveux en indexant BiKoue Nkou Gédéon de la 3èmeITA, comme fondateur d’une marque de vêtement « Universal Swagg », proche de l’appellation « Vendeur de Rêve ».

Une fois convoqué, Bikoue Nkou Gedéon, en voulant se dédouaner de toutes accusations évoquera le nom du point focal de la secte, l’élève Bombe Felix en classe de PD3. Curieusement quand celui-ci arrive, on constate que le nom de la secte sataniste « Vendeur de Rêves » est floqué dans le dos de sa tenue de sport. Le père de ce dernier, inspecteur de police, qui avait été interpellé, va informer le Proviseur que son fils est passé aux aveux et reconnaît avoir fait des incantations sous le couvert d’une secte répandu au Lycée Bilingue de Kribi par Bombe, baptisée « Vendeur de Rêves ».

Lire aussi
Affaire Roméo Dika - Les confidences de Mango : « Mon mari est un otage judiciaire au Cameroun»

Selon le garçon, ces incantations consistent à servir un esprit béninois nommé « Engogona/Mamong », détenteur de nombreux pouvoirs tels que, la multiplication d’argent, charmes, porte-monnaies magiques… Il s’agit aussi de procéder au rituel de fructification d’argent en le frottant sur le front et de le placer par la suite sous son oreiller, en contrepartie des vies humaines. Bikoué Nkou avoue d’ailleurs qu’il a été obligé d’épargner la vie de sa maman et d’abréger la sienne à deux ans.

En tant que membre influent de la secte, il admet d’œuvrer dans la sensibilisation et le recrutement de ses camarades ; d’avoir perçu une somme d’un million de FCFA, au mois de décembre, qu’il a dépensé dans une boîte de nuit de la place. Prenant conscience de la gravité de son acte et des menaces de « Mamong », il s’est rapproché de Bombe, le gourou. Malheureusement, la réponse obtenue était d’une froideur absolue « tu croyais que c’est gratuit ? ». Pour avoir voulu prendre du recul, Bikoue a été frappé d’un maléfice en guise d’avertissement.

Lire aussi
Cameroun - Nécrologie: Adoum Gargoum est décédé

Face à cette situation le Proviseur a pris en ce qui le concerne, des mesures d’urgence dont les plus importantes sont : le rassemblement de tous les élèves pour les informer de la situation et de les sensibiliser ; la mise en garde de tous les élèves et son personnel ; la prise en charge psychologique des élèves affectés par leurs géniteurs.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page