Polémique autour des arriérés de salaire des arbitres : l’ACAF dément et tance son président régional

arbitres camerounais

Une vive polémique secoue le monde de l’arbitrage au Cameroun. Dans un communiqué virulent publié le 28 février, le président de l’Association camerounaise des arbitres de football (ACAF) pour la région du Littoral avait appelé les arbitres locaux à la grève pour dénoncer des arriérés de salaire. Une sortie en solo qui passe très mal auprès de l’ACAF nationale.

Dans un droit de réponse cinglant consulté par 237online.com, l’instance faîtière commence par se « désolidariser » totalement de la prise de position du président régional. Ce dernier est accusé d’avoir agi « sans aucun mandat du bureau national » de l’ACAF, son communiqué étant qualifié de « maladroit » et d’« usurpation ».

Pas de péril financier pour l’ACAF

Surtout, l’Association camerounaise des arbitres de football « dément formellement » l’existence des problèmes de salaire évoqués par la branche littorale. « L’ACAF ne trouve pas un péril en la demeure sur la question d’arriérés des arbitres fédéraux et autres inspecteurs d’arbitrage » assène le communiqué.

En clair, pas de mot d’ordre de grève ! L’ACAF nationale enjoint ainsi à tous les arbitres de « vaquer à l’exercice de leur fonction avec toute l’impartialité et l’intégrité que leur confère la déontologie » lors des matchs du week-end.

Une ACAF divisée ? Cette prise de bec en public entre la structure faîtière de Yaoundé et sa branche du Littoral semble traduire des tensions internes au sein du corps arbitral camerounais.

Difficile de faire la part des choses entre un différend local circonscrit à une région, et un malaise plus général qui toucherait l’ensemble de la corporation.

Quoi qu’il en soit, cette polémique ne grandit guère l’arbitrage national, déjà trop souvent sous le feu des critiques pour ses performances erratiques sur les pelouses du pays. Une affaire à suivre donc…

Par Jean Fernand Onana pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *